En 2015, le ministère de la Culture confiait à l'Association française de normalisation (Afnor) une lourde tâche : imaginer une nouvelle disposition des caractères sur nos claviers pour en simplifier l'utilisation. Quatre ans plus tard, la norme NF Z71-300 est née et elle devrait nous éviter quelques noeuds au cerveau.

Un clavier AZERTY, la disposition la plus répandue en France
Un clavier AZERTY, la disposition la plus répandue en France © Radio France / Olivier Bénis

Si vous écrivez souvent avec un clavier, vous avez forcément déjà été confronté à ce moment gênant où vous ne vous souvenez plus où appuyer pour obtenir un "È" majuscule, un "œ" ou même un simple "#". La faute à une disposition de clavier qui n'est pas optimisée pour écrire facilement en français. Et pour cause, la disposition la plus répandue aujourd'hui (dite "AZERTY", comme les six premières lettres qu'on y trouve, et qui remonte à la fin du XIXe siècle) est une adaptation un peu paresseuse du QWERTY américain, conçue pour éviter que les barres des machines à écrire ne se chevauchent.

Archaïque aujourd'hui, et sans aucune réelle réflexion sur la disposition qui serait la plus adaptée pour écrire. Aucune réflexion jusqu'en 2015, où l'Afnor (Association française de normalisation) s'est vu confier la lourde tâche d'inventer une nouvelle manière de "ranger les caractères" sur nos claviers.

Cette nouvelle norme NF Z71-300 n'est évidemment pas obligatoire, mais elle sera à disposition des fabricants qui voudraient s'en inspirer (aujourd'hui, tous ont déjà des subtilités différentes). Elle propose deux dispositions : la disposition Bépo, radicalement différente, plus efficace mais très éloignée de nos habitudes, et une nouvelle version de l'Azerty, moins déstabilisante mais qui apporte toutes sortes de nouveautés intéressantes, comme :

  • Des caractères spéciaux typiquement français facilement accessibles (comme "É", "È", "œ", ou les guillemets français « »)
  • Environ 60 caractères supplémentaires utiles pour les langues étrangères ou certains contenus techniques ou de programmation
  • Des groupements plus intuitifs de ces caractères (par exemple, les caractères pour ouvrir et fermer des guillemets sont côte-à-côte)
La nouvelle disposition proposée pour les claviers Azerty
La nouvelle disposition proposée pour les claviers Azerty / Capture d'écran du site de la nouvelle norme

► ALLER PLUS LOIN - Cliquez ici pour voir une version interactive de ce clavier, et comprendre pourquoi chaque caractère est à sa place

La norme a été co-écrite par un collectif de fabricants de claviers, linguistes, ergonomes et professionnels des interactions homme-machine. "Le rôle de l’AFNOR est de créer le consensus entre tous les intéressés", explique le porte-parole de l'Afnor Olivier Gibert. "C’est une norme d’application volontaire pour les fabricants. Les entreprises et les administrations peuvent désormais passer des appels d'offres incluant cette norme. Aux fabricants de s'y mettre !"

Des doigts et des algorithmes

Qu'est-ce qui fait que cette disposition des touches est plus efficace que la précédente ? En grande partie parce qu'elle répond à des attentes plus ou moins inconscientes de notre cerveau mais aussi de nos doigts eux-mêmes. Les chercheurs ont utilisé des algorithmes dernier cri pour faire cohabiter des impératifs bien précis : où placer la ponctuation pour qu'elle soit accessible rapidement après n'importe quelle lettre ? Quels caractères doivent être les plus faciles à trouver ? Lesquels doivent logiquement être placés ensemble ?

Pour répondre à toutes ces questions, ils ont utilisé des données issues de sources très diverses : en analysant aussi bien des articles écrits dans un français "formel" (Le Monde, Wikipédia, textes juridiques...) que des phrases tirées d'écrits plus "informels" (des mails anonymisés, des publications sur les réseaux sociaux) ou encore des lignes de code de programmation. Ils ont aussi, en parallèle, analysé la manière dont 900 personnes utilisent leur clavier, et quelles touches ils ont plus ou moins de mal à atteindre avec leurs doigts.

En croisant ces deux sources d'information, il "suffisait" (en caricaturant un peu) d'associer les caractères jugés les plus utiles aux touches les plus faciles d'accès. Finis, les raccourcis clavier compliqués en appuyant sur trois ou quatre touches pour mettre un accent sur une majuscule ! Et même les caractères très utilisés sur Internet comme l'arobase @ ou le croisillon # sont désormais visibles presque instantanément sur ce nouveau clavier : c'est dire s'il est moderne.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.