Il fait chaud, très chaud : en vacances, c'est gênant mais on peut faire avec... Mais que faire si vous travaillez ? Que dit la loi sur le télé travail, le port du short, ou l'installation de moyens de ventilation ? Le point sur vos droits et les obligations de votre employeur.

Parfois, un simple éventail peut aider à garder un peu de fraîcheur au bureau...
Parfois, un simple éventail peut aider à garder un peu de fraîcheur au bureau... © Radio France / Olivier Bénis

La chaleur est un risque que le Code du travail prend très au sérieux : en cas de forte température, l'employeur a pour obligation de veiller à la sécurité et à la protection de la santé de ses salariés. Et si les conditions menacent son bien-être, l'employé peut faire valoir ses droits. "S'il devait y avoir un danger grave et imminent pour le salarié, _ce dernier peut exercer un droit de retrait_", explique Philippe Wagner, co-fondateur de Captain Contrat, une plateforme de services juridiques aux entreprises. "C'est à dire qu'il peut décider de ne pas venir travailler, tout simplement."

Concrètement, l'employeur doit mettre à disposition de ses salariés des sources d'eau fraîche et potable, de quoi renouveler l'air dans les bureaux : voilà pour la loi.

Le short peut mener au licenciement

Le reste relève du bon sens... Il est conseillé par exemple par l'Institut national de recherche et de sécurité d'aménager les horaires de travail des salariés. L'employeur peut aussi autoriser le télé travail, comme a choisi de le faire Thomas, qui travaille dans le marketing pour une start-up.

Il fait très chaud, on sent que tout le monde est fatigué à cause de la chaleur, l'ambiance peut être un peu tendue... On est beaucoup plus productif tranquillement installé chez soi.

Enfin, si la chaleur pousse le salarié à des tenues plus légères, attention, prévient Philippe Wagner : "on a vu des condamnations, par le passé, de gens en contact avec la clientèle qui se sont mis en short. Or c'était proscrit par le code vestimentaire de l'entreprise : ces gens ont donc été licenciés, à juste titre."

Tout dépend donc de votre activité et de la tolérance de votre employeur.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.