Les vidéastes sur Internet ont des domaines variés : humour, jeu vidéo, sport, mais aussi politique. Pendant la présidentielle, les "youtubeurs" décryptent la campagne.

Le vidéaste Usul anime depuis quelques mois un module sur Mediapart
Le vidéaste Usul anime depuis quelques mois un module sur Mediapart © Mediapart

Plus de 150 youtubeurs (des producteurs de vidéos diffusées sur des plateformes comme YouTube) sont ce week-end en dédicace, à l'occasion de la Vidéo City Paris organisée Porte de Versailles. Et parmi eux, plusieurs s'intéressent à la politique, sans pour autant prêcher dans le désert (on considère souvent à tort le public jeune de YouTube comme un public lassé de la politique) : certains rassemblent des milliers d'abonnés (près de 200.000 pour Usul, 129.000 pour Hugo Décrypte, 314.000 pour Data Gueule par exemple).

► Écoutez le reportage de Marion Bagiarcchi

Des vidéos où l'on analyse bien sûr, mais où les points de vue sont aussi très tranchés, ce qui plait aux abonnés. aux jeunes Marion Bargiacchi. Osons Causer, par exemple, propose des vidéos de décryptage dont l'orientation à gauche est totalement assumée.

Usul, 31 ans, a longtemps utilisé YouTube pour diffuser ses vidéos et en produit désormais pour Mediapart, avec la chronique "L'air de la campagne". Pour lui, Youtube c'est un espace de liberté où chacun doit exprimer ses convictions.

Ça fait partie aussi de la démarche de reprendre possession de l'espace public. On est en train d'essayer de façonner tous, avec nos points de vue, un espace public tel qu'il aurait du toujours être ! L'espèce de dictature du "moyen" à la télévision, ça saoule tout le monde...

Mais cette volonté d'éviter la tiédeur se fait malgré tout le plus souvent en toute transparence et sans malhonnêteté intellectuelle. Les vidéastes les plus sérieux répertorient d'ailleurs leurs sources pour les mettre à dispositions des internautes. Henri Poulain, producteur et auteur de DataGueule, diffusé sur YouTube et France Télévisions, défend cette façon de faire.

Assumer sa subjectivité, ça ne veut pas dire pour autant ne pas croiser ses sources, réfléchir, se documenter, s'interroger, douter, faire preuve d'esprit critique... Ce que l'on dit n'est pas juste parole d'évangile, ce que l'on dit est sujet à discussion.

Commenter, contredire, enrichir le contenu : sur Internet, c'est aussi ça qui plait.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.