Le mur anti-pipi ici, réoccupation de tous les maires de Paris. Iour des petites écuries
Le mur anti-pipi ici, réoccupation de tous les maires de Paris. Iour des petites écuries © MaxPPP/Le Parisien/Carol Amar

Un parisien s'est inspiré de l'expérience allemande de peinture hydrophobe qui renvoie tout ce qui est liquide et a proposé le projet sur la plateforme participative de la Mairie de Paris. Des test sont en cours.

Comment faire en sorte que les hommes, qui à la sortie d'un cinéma, d'un bar ou d'un rendez-vous festif un peu trop arrosé, trouvent bien plus simple de se soulager, vite-fait bien-fait, contre le mur d'un immeuble, dans un tunnel, un parking ? Une amende pour "pipi sauvage" de 35 euros existe bien, mais elle ne semble pas décourager les hommes.

A Paris, une initiative insolite, mais considérée comme très judicieuse par la municipalité - qui elle-même y a réfléchit - c'est celle de Xavier Delaporte. Ce Parisien vient de déposer un projet sur la plateforme du budget participatif de la ville, c'est à dire le budget dédié à financer, après votes, des idées des citadins.

Le souhait de Xavier Delaporte : recouvrir les murs de certains quartiers de la ville d'une peinture très très spéciale, on va dire "repousse pipi". La technique a déjà fait ses preuves outre-Rhin.

Sandrine Oudin l'a rencontré rue du Poteau dans le 18e arrondissement de Paris.

Gare à vos pantalons si vous êtes parisien. La mairie teste actuellement la peinture, mais évidemment elle ne nous dit pas où exactement.

La peinture est la même que celle utilisée à Hambourg, par les habitants du quartier de Sankt Pauli.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.