Une pollution d'un nouveau genre : celle des chariots dans les grandes agglomérations. Des milliers sont retrouvés abandonnés chaque année. Certaines villes tentent de lutter contre le phénomène. À Meaux, trois personnes effectuent des tournées de ramassage chaque jour.

La brigade de ramassage de chariots de Meaux
La brigade de ramassage de chariots de Meaux © D.R

C’est une pollution d'un nouveau genre contre laquelle la régie du pays de Meaux (Seine-et-Marne) veut aujourd'hui lutter : celle des chariots abandonnés. Autour des grandes zones commerciales de cette ville, des dizaines d'entre eux sont retrouvés chaque semaine dans la nature.

L'association a donc embauché trois salariés pour lutter contre ce phénomène que le directeur de l'organisme, Laurent Lurton qualifie volontiers de "pollution visuelle et parfois dangereuse pour les enfants qui pourraient s'en emparer".

Chaque jour les équipes sillonnent pendant plusieurs heures les routes de la ville à la recherche de "caddies" abandonnés. Une récolte qui, en un an, a atteint le chiffre de 15 000 chariots. Ils sont ensuite stockés dans une fourrière où les grandes surfaces peuvent venir les récupérer contre rétribution.

Une véritable pollution urbaine 

Cette brigade a vu le jour car de nombreux habitants se sont plaints de cette pollution nouvelle. Gaël Camara est gardien d'une résidence de Meaux. Chaque semaine il parcourt les cages d'escaliers pour les débarrasser de ces chariots : "J'en retrouve sur les paliers, dans les ascenseurs ou au milieu des routes". 

Les "Messieurs caddies" comme ils les appellent sont une aide bienvenue : "Ce serait très difficile sinon, les caddies sont volumineux et ils empêchent réellement certaines personnes de circuler". 

Après un an d'existence le dispositif devrait s'étoffer prochainement d'une partie pédagogie. L'association envisage de faire de la prévention. Selon Laurent Lurton "Nous ne pouvons pas ramasser éternellement 15 000 caddies par an. Il faut aussi que nous apprenions à certains habitants qu'il s'agit d'une incivilité, et même d'un vol envers les grandes surfaces". 

les villes de Rennes, Grenoble ou encore Cergy connaissent également des dispositifs pour lutter contre ces abandons de chariots. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.