police
police © CC RG1033

Les syndicats de fonctionnaires de police sont conviés aujourd'hui à une réunion de travail à la Direction générale de la police nationale. Il s'agit de lutter contre une augmentation préoccupante du nombre de suicides (46 depuis le début de l'année).

Deux policiers ont mis fin à leurs jours en une semaine fin octobre, l'un à Paris, l'autre à Dijon. Ce qui porte le total des suicides, tous grades et tous corps confondus à 46 depuis le début de l'année (contre 40 pour toute l'année 2013). Un pic avait été atteint en 1996 (71 suicides). Un dispositif de prévention avait alors été mis en place.

Selon une étude datant de 2010, plus de la moitié des policiers se donnent la mort avec leur arme de service .

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve évoque

un désarroi dont il faut chercher les causes

Les organisations syndicales dénoncent pour leur part une dégradation des conditions de travail .

Une pétition circule sur Internet à l'instigation de la mère d'un policier qui s'est suicidé en 2008. Elle réclame notamment: qu'il y ait plus de psychologues affectés à l'écoute des policiers (ils sont actuellement 60 seulement)

et que des sessions de prévention soient organisées sur les lieux de travail.

Le reportage de Nathalie Hernandez

L'année dernière, un rapport du médiateur de la police Frédéric Lauze soulignait que le nombre de passage à l'acte diminue quand le nombre d'intervention de psychologues augmente.

Le nombre de suicide dans la police est quatre fois plus élevé que celui des décès en service.

►►► REECOUTER | Policiers, des bleus à l'âme (Magazine Interception du 7 septembre 2014)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.