Les initiatives personnelles pour fabriquer des masques en tissu, faits-maison, se multiplient aujourd'hui. Mais comment les entretenir ? Faut-il les laver, les repasser ? A quelle température ? Y a-t-il un risque que le masque en tissu devienne un "nid à microbes" ?

Comment entretenir un masque en tissu ?
Comment entretenir un masque en tissu ? © AFP / Nicolas Liponne / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Michael Rochoy est médecin généraliste ; il a donné cette semaine, au micro de Bruno Duvic dans le Grand Rendez-Vous, différents conseils pour entretenir son masque fait-maison : 

Il faut que très rapidement, dès aujourd'hui, tout le monde dans l'espace public porte un masque pour qu'on puisse protéger tout le monde, quel que soit l'écran que vous allez utiliser. Si vous en portez un, c'est vraiment mieux que rien. Ça peut être aussi une écharpe, un foulard, un cache col... Ça fera vraiment mieux que rien

Il précise : "Il y a des masques de plusieurs sortes :

  • Si c'est un masque en papier, qui va être très temporaire, on le jette. 
  • Si c'est un masque réalisé avec des matières plastiques, une visière, on la nettoie.
  • Si c'est un masque en tissu, on va pouvoir le désinfecter. On peut le mettre au four pendant 30 minutes à 70 °C (c'est quelque chose qui est validé par des études scientifiques) ou on peut le laver en le mettant à 90 °C si on peut, sinon 60 °C pendant 30 minutes à la machine à laver. 

Le professeur Daniel Garin, professeur agrégé du Val de Grâce et ancien directeur de l'IRBA (Institut de recherche biomédical des armées). est plus nuancé : _"_Le problème que l'on a aujourd'hui, c'est qu'on n'a pas de base scientifique réelle sur ces éléments-là. Il y a des recommandations qui ont été faites : celle de 70°C a été faite par un groupe allemand. Il y a un groupe de travail justement sur ces réutilisations de masques qui s'est créé sur Grenoble autour d'un chercheur hygiéniste avec l'ensemble des grandes discussions nationales, qui est en train d'étudier ces phénomènes-là. Les conseils restent valides pour moi : laver avec un coton à 60 °C, avec détergent bien sûr, est une meilleure option que le repassage simple, puisqu'on ne pourra pas garantir l'homogénéité de l'augmentation de température, ni la durée".

Repasser son masque, est-ce une bonne idée ? 

Pas selon le Professeur Guérin : il faudrait pouvoir le faire pendant "60 mn à 30°C... donc, sauf à repasser vraiment très longtemps, ça ne va pas être suffisant si on ne repasse que pendant 2 à 3 minutes. Il faut vraiment mettre son masque à laver".

Y a-t-il un risque qu'un masque en tissu devienne un "nid à microbes" ?

Réponse d'Yves Buisson, président de la cellule de veille scientifique de l'Académie nationale de médecine : "Il faudrait vraiment avoir un mésusage du masque très important. Il faut le laver après chaque utilisation : on le porte pendant une heure ou deux, on va le laver et on en prend un autre (il faut en avoir plusieurs pour faire un roulement). Le lavage à 60 °C avec détergent va suffire pour éliminer le virus et les bactéries.

Les bactéries qui voyagent dans ce masque sont celles qu'on a éliminées avec nos postillons, nos expirations. Bien sûr, elles vont proliférer si on garde le même masque trop longtemps dans des conditions d'humidité et de température qui vont favoriser leur développement". 

C'est une simple question de propreté qu'après chaque usage du masque, on le lave.

Michael Rochoy reprécise : "Par le passé, les gens avaient peur de porter un masque [et qu'il soit contaminé]... Là, actuellement, les gens n'ont rien : on ne peut pas faire pire

Vous ne pouvez pas mal porter votre masque : ça doit être devant votre bouche, devant votre nez, donc, a priori, il n'y aura pas de problème pour ça.  

Si vous sortez dans la rue avec cet écran anti-postillons, que quelqu'un vous voit avec ce masque, déjà naturellement cette personne va plutôt avoir tendance à s'éloigner et respecter une meilleure distanciation sociale. Quand bien même cette personne s'approche, si elle postillonne, si elle parle, et que le postillon arrive sur votre écran anti-postillon, que par la suite vous mésusez cet écran (vous le lavez mal, vous le touchez et après, vous portez la main à la bouche sans vous être lavé les mains), vous allez peut être vous contaminer, certes, mais si vous n'aviez pas d'écran anti-postillons, vous auriez été contaminé directement dans la rue"

Aller plus loin

Le médecin Michael Rochoy a créé très récemment le site web stop-postillons, où il revient sur les raison d'utiliser un écran anti-postillon (ou EAP), et donne quelques exemples de modèles pour les fabriquer

Quelles sont les différences entre les masques FFP2, chirurgical, fait-maison ? Lisez les explications du professeur Daniel Garin

Faut-il vraiment porter un masque si on respecte déjà la distanciation sociale ? Où peut-on trouver des masques aujourd'hui ? Pourquoi votre pharmacienne refuse de vous vendre des masques ? Pour toutes ces questions (et d'autres), écoutez/lisez l'intégralité du Grand Rendez-vous consacré aux masques

Si vous demandez pourquoi, en dix ans, la France a réduit considérablement son stock de masques de protection, consultez notre enquête.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.