Ce week-end s'annonce le premier grand chassé-croisé de l'été. Pour limiter les risques d'accidents, la société d'autoroutes Vinci appelle à la vigilance quant au sommeil et organise un "week-end de la sieste". L'occasion de rappeler quelques conseils pour rouler en toute sécurité.

Pour ne pas s'endormir au volant, il y a une série de bons conseils à suivre
Pour ne pas s'endormir au volant, il y a une série de bons conseils à suivre © Maxppp / Patrice LAPOIRIE

La route des vacances, le départ, le GPS bien réglé... puis les bouchons, l'autoradio qui joue la même chanson pour la troisième fois, la chaleur, les bouchons encore, la queue au péage, et peut-être, un jour, votre arrivée à bon port. Voilà globalement ce qui vous attend si vous choisissez de prendre la route ce week-end ou le prochain, à l'occasion des grands chassés-croisés de l'été. 

Si ce week-end est encore assez serein (rouge samedi dans le sens des départs, selon Bison Futé), le prochain sera redoutable, avec une carte de France noire du nord au sud samedi 4 août, toujours pour les départs (et jaune pour les retours). Avec des longs trajets qui peuvent se trouver encore rallongés par la circulation, la maîtrise de son état de fatigue apparaît capitale : sur l'autoroute, selon la Prévention Routière, un accident mortel sur quatre est lié à la fatigue ou à la somnolence.

La règle d'or de la pause toutes les deux heures est donc capitale. Ce week-end, Vinci Autoroutes, principal gestionnaire des autoroutes en France, organise un "week-end de la sieste", en particulier sur quatre aires d'autoroute (Boutroux sur l'A10, Montélimar ouest sur l'A7, Arc sur l'A8 et le Village Catalan sur l'A9) au cours desquelles les automobilistes pourront participer à des "siestes musicales" ou recevoir des conseils de spécialistes du sommeil. 

Avant le départ

Au delà de cette opération de communication, Vinci avance que 76% des conducteurs finissent de préparer leurs valises tard dans la nuit la veille du départ, et 28% dorment moins de six heures. Soyons clairs : ce sont deux très mauvaises idées. Le plus important, pour partir dans de bonnes conditions, c'est de faire une bonne nuit de sommeil avant le départ. Contrairement aux idées reçues, vous n'arriverez pas forcément en meilleur état si vous partez au milieu de la nuit - et vous n'arriverez peut-être même pas plus tôt. 

Parmi les bons conseils pour partir en forme, il y a aussi le repas à prendre avant le départ : évitez trois radis (trop léger, vous aurez faim au bout de deux kilomètres) ou une choucroute (trop lourd, vos paupières seront lourdes). Et un peu de café ne fera pas de mal - dans une certaine mesure. Il est également recommandé de porter une tenue confortable et de ne pas trop chauffer l'habitacle de sa voiture (en période de canicule, ce serait particulièrement mal venu).

Les mauvaises idées sur la route

En route, il n'y a pas de solution miracle pour lutter contre la fatigue. Aucune de ces techniques que l'on croit efficaces ne marche vraiment :

  • Mettre l'autoradio plus fort ne vous tiendra pas plus éveillé. Que vous écoutiez Les Lacs du Connemara à 30 ou à 80 décibels, vous ne vous endormirez pas moins. 
  • Ouvrir la fenêtre. C'est bien pour qu'on respire un peu, vous aurez le vent dans les cheveux, mais ça ne vous fera pas moins bailler (et pire encore, vous risquerez d'avaler un moucheron). 
  • Grignoter. Au contraire, ça peut favoriser un coup de barre, surtout si vous finissez les restes de la choucroute précédemment évoquée. 
  • Téléphoner. C'est tout simplement interdit. 

Le vrai et seul bon réflexe à avoir, c'est de vous arrêter sur une aire d'autoroute dès que vous ressentez les premiers signes de fatigue, comme un regard de plus en plus fixe, des paupières lourdes, des bâillements fréquents ou une tolérance de plus en plus faible à l'album d'Henri Dièse que vous imposent vos enfants. 

La sieste, la bonne idée contre le sommeil

Ca semble bête à dire, pourtant c'est important : la meilleure chose à faire quand on est fatigué, c'est de dormir - ou éventuellement de changer de conducteur. Tant pis si vous arrivez à destination une demi-heure plus tard, au moins vous arriverez en vie. C'est là qu'entrent en jeu les aires d'autoroute, que met en avant la fondation Vinci ce week-end.

Installé confortablement, vous pouvez fermer les yeux et respirer tranquillement. Une bonne sieste réparatrice dure quinze à vingt minutes, si vous avez peur de ne pas vous réveiller, demandez à vos proches ou à votre smartphone. Et vous pouvez éventuellement vous aider d'un podcast de méditation pour décompresser le mieux possible (on ne saurait que trop vous recommander les bons conseils de Christophe André dans Grand Bien Vous Fasse). 

Petite astuce : vous pouvez prendre un café avant votre sieste. Comme la caféine met une vingtaine de minutes pour agir, les premiers effets excitants du café se feront ressentir à votre réveil. 

En ayant suivi ces conseils, vous serez prêt à repartir pour un bout de chemin ! Mais n'oubliez pas que la pause est recommandée au moins toutes les deux heures : vous pouvez en profiter, même si vous ne ressentez pas de fatigue, pour faire une micro-sieste de deux ou trois minutes, qui vous placera en situation de sommeil léger et aura tout de même un effet réparateur. 

On rigole, on rigole, mais malgré le ton léger de cet article le sommeil reste capital pour votre bonne santé sur la route. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.