Eolienne, 22 mai 2010
Eolienne, 22 mai 2010 © Radio France / François Roche
**François Hollande a souhaité que l'épargne des Français puisse être mobilisée pour financer la transition énergétique et annoncé la convocation d'une conférence sur le sujet au printemps prochain.** Ouvrant les travaux de la conférence environnementale annuelle, le chef de l'Etat a indiqué que toutes les ressources devaient être mobilisées pour financer les investissements nécessaires à la transition énergétique, estimés à 20 milliards d'euros tous secteurs confondus. Côté acteurs, il a insisté sur le rôle essentiel de la Banque publique d'investissement, mieux à même selon lui de prendre le risque de financer des projets de longue durée, 20 ans à 30 ans : > Il nous faut aussi associer le secteur bancaire, c'est pourquoi le gouvernement de Jean-Marc Ayrault organisera au printemps prochain une conférence bancaire et financière de la transition énergétique pour mobiliser tous les produits d'épargne qui existent déjà. "Pas besoin d'en inventer d'autres", a-t-il ajouté en citant plus particulièrement le livret de développement durable et l'assurance vie, "tout ce qui est être un moyen de collecter de l'épargne à des fins de soutenir la transition énergétique doit être encouragé". François Hollande a prôné d'autre part un réexamen des modes de soutien aux énergies renouvelables "pour que chaque euro sur la facture des consommateurs soit le plus efficace possible". Il a notamment évoqué les tarifs garantis de rachat d'électricité produite à partir des énergies renouvelables, "qui ne permettent pas toujours de réglementer au mieux et d'orienter correctement la production." "On a pu constater parfois qu'il y avait des effets d'aubaine, des gâchis de deniers publics et des comportements spéculatifs ", a dit le président de la République. _Nathalie Fontrel a assisté au discours de François Hollande_
Chez Europe Ecologie les Verts, on est plutôt satisfait des annoncesdu président de la République. François de Rugy, coprésident du groupe EELV à l'Assemblée et Jean-Vincent Placé, chef de file des sénateurs, parlent de mesures qui vont "dans le bon sens", avec des "perspectives positives". > Nous attendons de voir le projet de budget en lui-même et les modalités concrètes de la fiscalité écologique, mais incontestablement cela va dans le bon sens, très nettement. Il y avait une attente sur le fait que les objectifs soient clarifiés. Ils l'ont été sur la transition énergétique. _Noël Mamère, député EELV, craint de son côté que ces annonces ne soient pas suivies d'effet. Il était l'invité de Philippe Abiteboul dans le journal de 18h._
Du côté de l'opposition en revanche, on dénonce un plan a minima, en-deça de ce qui a été fait lors des quinquennats précédents. _Chantal Jouanno, ancienne Secrétaire d'Etat à l'Ecologie, n'est pas convaincue._
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.