De la COP21 à la COP22, le projet d'usine hydraulique de Nant de Drance s’avérerait-il être un gouffre financier ?

Lac Emosson, réservoir inférieur du projet Nant de Drance
Lac Emosson, réservoir inférieur du projet Nant de Drance © Roland Zumbühl - CC

COP 21 : des travaux pharaoniques pour produire une énergie renouvelable

Pour compenser l'abandon programmé du nucléaire, la Confédération suisse veut augmenter sa production hydro-électrique. Par exemple, grâce au projet de pompage-turbinage de Nant de Drance. En Suisse, au château d'eau des Alpes, la force hydraulique représente près de 60% de la production d'électricité.

Commencé il y a plusieurs annéese, le chantier de pompage-turbinage de Nant de Drance produira dès 2018 2.5 milliards de kWh par an. Un tunnel de 6 kilomètres est percé à cet effet.

Ce chantier fait partie d'un ensemble plus vaste de construction de barrages, appelé Linthal 2015.

Suisse : Production d'énergie hydraulique par rapport à la production d'électricité - L'énergie hydroélectrique est une énergie électrique renouvelable qui est issue de la conversion de l'énergie hydraulique en électricité.
Suisse : Production d'énergie hydraulique par rapport à la production d'électricité - L'énergie hydroélectrique est une énergie électrique renouvelable qui est issue de la conversion de l'énergie hydraulique en électricité. © Aucun(e)

COP 22 : On parle du projet de Nant de Drance, comme grandiose, mais risqué financièrement.

Le projet Linthal 2015 a été inauguré cet automne. C'est le plus grand système de pompage-turbinage de Suisse. Avec une puissance de 1000 mégawatts, c'est la plus grande centrale suisse d’accumulation d’eau dotée d’un système de pompage.

Elle devra compenser les fluctuations dans la production d’énergie éolienne et solaire en Europe.

Si la Suisse fait partie des meilleurs élèves européens en matière d'énergie hydraulique, ces systèmes de pompages-turbinages ne représente que 5% de sa production électrique. Cette capacité pourrait doubler grâce à Linthal 2015, Nant de Drance et un autre projet à Veytaux dans le canton de Vaud. Mais selon le site SuissInfo :

"Compte tenu de la quantité énorme d’énergie nécessaire pour transporter l’eau en amont, les systèmes de pompage ne sont rentables que s’il y a une différence marquée dans le prix de l’électricité entre les heures de forte et de faible demande. Ces dernières années, cette différence s’est fortement réduite en raison de la fréquente surproduction d’électricité en Europe."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.