Les consignes sont claires et elles viennent du sommet de l'État : il faut "éviter la poignée de main" pour se protéger du coronavirus. Mais alors que faire, pour se dire bonjour ? Voici dix façons de se saluer, repérées sur internet ou inspirées d'autres cultures que la notre.

Si l'on vous tend la main, surtout, esquivez !
Si l'on vous tend la main, surtout, esquivez ! © Getty

On s'est tous retrouvés un peu démunis quand le ministre de la Santé, Olivier Véran, a recommandé "d'éviter la poignée de main" pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, le Covid-19. Déjà, le bon sens nous avait un peu freiné sur la bise, le matin en arrivant au boulot. On avait aussi observé un sérieux effort sur le lavage de nos menottes, en respectant les consignes officielles. 

Mais que faire si l'on ne peut plus se serrer la main ? Ni même effectuer un check (oui, même si c'est plus propre, on se touche quand même les mains) ? Que faire si l'on veut quand même adresser un signe de politesse à son collègue, son interlocuteur, son.sa meilleur.e pote ? Nous sommes allés chercher des réponses sur internet et au-delà de nos frontières. 

1. Jouer du coude avec le "Ebola handshake"

Si on tient à se toucher, voilà l'un des conseils souvent donné ces jours-ci : se toucher les coudes pour remplacer le serrage de pinces. Pas super pratique, mais c'est mieux que rien. L'idée avait été proposée face à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. 

Dans la presse, l'ambassadrice américaine aux Nations-Unies, Samantha Power, s'était affichée en faisant ce geste avec la présidente du Libéria, Ellen Johnson Sireleaf et le représentant de l'OMS dans le pays, Peter Graaf. Une interrogation toutefois, si le ministère de la Santé conseille d'éternuer dans son coude plutôt que dans ses mains, est-ce vraiment une bonne idée ?  

2. Le "footshake", bonjour à coups de pieds

Il faut reconnaître que tout le monde est tombé sur Agnès Buzyn lorsqu'elle a évoqué l'idée. Sur BFMTV dimanche, la candidate LREM à la mairie de Paris a estimé que les Parisien.ne.s allaient "changer leurs habitudes" et désormais "se taperont le coude ou le pied" pour se dire bonjour. Pour la première idée, vous avez l'explication. 

Pour la seconde, cette histoire de pied ne sort pas de la débordante imagination de l'ex-ministre de la Santé. Depuis quelques jours, une vidéo fait sensation sur les réseaux sociaux. Cette séquence, tournée en Iran d'après l'AFP, montre trois hommes dont deux portant un masque, mains dans les poches et se saluant en se tapant les pieds les uns contre les autres. Un bonjour à coups de pieds. Mais gentils hein, les coups. 

3. Restez "zen" face au virus, avec un namasté ou un wai

Tiens, pourquoi ne pas s'inspirer de nos amis indiens ou thaïlandais ? C'est peut-être la solution trouvée par Xavier Bertrand, s'amuse BFMTV. Dans une vidéo diffusée par la chaîne info, on voit le président de la région Hauts-de-France effectuer ce salut utilisé pour dire bonjour et au revoir en Inde, au Népal, en Thaïlande et largement en Asie du Sud-Est. 

Alors comment on fait ? Il suffit de joindre les deux paumes de mains devant la poitrine, les doigts biens tendus et de s'incliner légèrement face à son interlocuteur. Sans contact, c'est garanti. 

4. Les yeux dans les yeux

Stop la bise ? Optez pour votre regard de braise. D'après Philippe Lichtfus, expert en étiquette contemporaine et savoir-vivre, "on peut tout à fait se saluer sans se donner la main". 

"On peut se positionner en face de la personne qu'on veut saluer, la regarder dans les yeux, sans la dévisager, en croisant son regard et la saluer avec un visage ouvert, en disant 'Bonjour Monsieur ou Madame'. Vu qu'il n'y a plus cette poignée de mains, il faut faire appel à d'autres sens que celui du toucher, donc le regard sera d'autant plus important. C'est peut-être le moment de réapprendre à être plus sincère en saluant quelqu'un", explique-t-il à France Bleu.  

5. Tirer la langue (mais poliment) 

Alors là, il faut bien choisir avec qui l'on emploi cette façon de dire bonjour ! Si l'on prend modèle sur les Népalais, il suffit de tirer la langue pour saluer la personne en face de nous. C'est une pratique courante chez les Népalais à en croire certains guides de voyages. À vous de voir. 

6. Le salut vulcain de Star Treck, le "ave" romain

Au bureau, on est pas tous spécialistes de Star Treck, mais certains collègues ont parlé du "Spock". Ce salut, popularisé par la série, est un geste de la main levée, paume en avant, avec les doigts écartés entre le majeur et l'annulaire formant ainsi un V. Souvent, la phrase "Longue vie et prospérité" l'accompagne comme le montre cette vidéo de Monsieur Spock. 

On peut aussi faire un simple "ave", à la romaine, la paume de la main à la verticale, présentée vers votre interlocuteur. Et on oublie évidemment la célèbre suite, "... Cesar, morituri te salutant" (ceux qui vont mourir te saluent). C'est juste pour le travail. 

7. "Garde à vous", salut scout

Si vous avez de vagues souvenirs de l'armée ou des scouts, mobilisez votre mémoire. Mais pour le salut militaire, il semblerait qu'il soit réservé au salut entre soldats ou gradés. Pour les ex-louveteaux, éclaireuses et autres pionniers, souvenez-vous de votre petite main en l'air, trois doigts levés, le pouce sur le petit doigt. 

8. Il y a bien la révérence, monseigneur

Ok, ça fait un peu Ancien régime. Mais la révérence avait le mérite de montrer la considération que l'on portait à une personne. On ne vous fait pas un dessin, vous avez forcément vu ça dans les films, non ? Si vous préférez la version japonaise, renseignez-vous : votre degré d'inclinaison correspond à l'occasion et au moment. 

Enfin, si vous portez le chapeau, se découvrir légèrement la tête est d'usage pour saluer votre interlocuteur ou une personne que vous croisez. (Et puis ça fait très très classe quand même). 

9. Paume(s) contre le cœur 

C'est l'un des gestes habituels pour saluer quelqu'un, notamment au Maghreb et dans les pays musulmans, pour porter une marque d'affection. En Malaisie, il est aussi d'usage de placer ses paumes contre son cœur. 

10. Faites jouer votre imagination ?

Pourquoi ne pas profiter de cette occasion pour inventer votre propre salut, votre propre "check", votre "give me five" à vous ? Il y a plein de solutions, plein d'alternatives et, si vous êtes le blagueur de l'étage ou du quartier, vous pouvez même beaucoup vous amuser. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.