Le coronavirus a continué de circuler sur le territoire français pendant le confinement, en témoigne la forte augmentation du nombre de cas entre mi-mars et mi-avril 2020.

Des tests de dépistage du Covid-19 en développement mais encore insuffisants.
Des tests de dépistage du Covid-19 en développement mais encore insuffisants. © Maxppp / Thierry GACHON

Quelque 4,4 millions de Français ont contracté le coronavirus avant la mi-avril 2020, soit 6,7 % de la population, selon l'évaluation communiquée par Santé publique France dans son dernier point sur la situation épidémique, le 10 juillet 2020. "La proportion de la population ayant été infectée par le SARS-CoV-2 a augmenté de façon significative au cours de l’épidémie", écrit Santé Publique France. Si "1,1 % de la population avait été infectée en semaine 11 (du 9 au 15 mars 2020)", ce pourcentage a explosé en quatre semaines pour atteindre 6,7 % en semaine 15. 

Les 50-69 ans plus touchés

Certaines populations ont été plus touchées que d'autres. À la mi-avril, 10 % des 50-69 ans avaient été infectés. Les régions les plus touchées sont le Grand-Est et l’Île-de-France (plus de 10 % de cas positifs à la mi-avril), régions où le taux de mortalité était le plus élevé. La Corse et le Centre-Val de Loire sont les plus épargnées (moins d'1 % de positifs au Covid).

Santé Publique France revient aussi sur les dernières données disponibles. Le taux de reproduction du virus au niveau de la France métropolitaine, qui permet d'estimer la circulation du virus, est de 1,05 actuellement, en hausse par rapport à la semaine précédente (0,90). 

Les appels à SOS médecin pour Covid en hausse nette

D'une façon générale, dans ce bilan épidémiologique hebdomadaire, la plupart des chiffres communiqués sont stables (nouveaux cas, nouvelles hospitalisations, admissions en réanimation, etc.) par rapport à la semaine précédente. Seule exception notable, les actes SOS médecins pour suspicion de Covid-19 qui sont en hausse de 41 % en une semaine

En semaine 27 (du 29 juin au 5 juillet 2020), 1 523 actes médicaux pour suspicion de Covid-19 ont été enregistrés par les associations SOS Médecins. "Ce nombre d’actes était en hausse pour la seconde semaine consécutive", note Santé Publique France.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.