Brest, Toulouse, Strasbourg, Chambéry... En cette période de crise de coronavirus, de plus en plus de mairies décident d'allouer des bons alimentaires aux familles les plus démunies.

Toulouse et Brest, notamment, distribuent des bons alimentaires aux familles qui en ont besoin.
Toulouse et Brest, notamment, distribuent des bons alimentaires aux familles qui en ont besoin. © Getty / PhotoAlto/James Hardy

Une enveloppe de 39 millions d'euros. Le gouvernement a annoncé jeudi dernier le déblocage inédit de cette somme dédiée à l'aide alimentaire pour les foyers les plus modestes. En parallèle, certaines municipalités s'emparent aussi du problème en décidant de distribuer des bons alimentaires, principalement aux familles en difficulté dont les enfants bénéficient en temps normal de la cantine gratuite ou à prix réduit. Brest, Toulouse, Strasbourg... Notre carte des communes qui allouent des bons alimentaires aux plus démunis :

Brest

Le chef lieu du Finistère a été la première ville, le 7 avril, à annoncer une distribution de bons d'aide alimentaire aux plus démunis. Brest distribue des bons aux familles dont les enfants bénéficient normalement de repas gratuits ou à tarifs réduits dans les cantines, pour un montant total de plus de 300 000 euros. 

Cela concerne plus de 2 200 enfants au sein de presque 1 500 familles, indique la mairie dans un communiqué. Pour les foyers bénéficiant de la gratuité totale, cela représente un chèque de 150 euros par enfant scolarisé, et de 120 euros pour celles qui bénéficient du tarif le plus bas.

"Certains parents nous ont appelé pour demander si ce n'était pas un poisson d'avril", confie à France Inter François Cuillandre, le maire de Brest. "On est malheureusement à la deuxième vague de distribution, sur une période qui va jusqu'au 15 mai. Ensuite, on avisera, en fonction du déconfinement progressif, on verra si on peut aller jusqu'au vacances. J'espère que non, que les cantines vont pouvoir rouvrir, notamment pour les enfants des familles défavorisées."

Au Relecq-Kerhuon, commune de 11 000 limitrophe de Brest, une initiative semblable a aussi été mise en place. "Notre solidarité s'exprime dans toute la durée et pour toutes les tranches d'âges des habitants face à cette crise mondiale", a annoncé dans un tweet son maire, Yohann Nédélec. Plus de 200 familles profitent ainsi de bons alimentaires.

Toulouse

Les familles démunies de Toulouse dont les enfants ont été privés de cantine par le confinement recevront des bons alimentaires en compensation, a annoncé la mairie le 24 avril. L'initiative concerne quelque 10 000 enfants, de familles soit exonérées de frais de cantine soit bénéficiant de repas à un euro, précise le maire Les Républicains Jean-Luc Moudenc.

Des bons d'un montant de 2 euros 50 par enfant scolarisé. "On envoie les bons par courrier", explique le maire Jean-Luc Moudenc à France Inter. "L'idée c'est que la famille, au lieu de payer 1 euro par repas et par enfant, reçoit 2 euros 50 par repas et par enfant. Évidemment, on prend en compte toute la période du confinement." Les bons seront ainsi rétroactifs.

Une initiative qui complète le "plan d'urgences sociales" lancé par le Conseil départemental de Haute-Garonne le 16 avril. En une semaine, 22 800 bons solidaires ont ainsi été distribués, rapporte le département, sous forme de chèques d'accompagnement pour les achats de denrées alimentaires mais aussi de produits d'hygiène de première nécessité. 

Strasbourg

Le maire de Strasbourg, Roland Ries, souhaite venir en aide aux 5 039 familles les plus démunies de la ville en versant 90 euros de bons alimentaires pour chaque enfant scolarisé à Strasbourg, rapportent Les Dernières Nouvelles d'Alsace.

Cherbourg-en-Cotentin

Depuis le lundi 20 avril, le Centre communal d'action sociale (CCAS) de Cherbourg-en-Cotentin, dans la Manche, verse une aide exceptionnelle à 500 familles en situation précaire, dont les enfants sont habituellement scolarisés en maternelle et primaire et déjeunent à la cantine, selon la Manche Libre.

Soit des chèques de 175 euros ou 140 euros par enfant, selon que les parents sont bénéficiaires de la gratuité ou du tarif le plus bas dans les cantines. Les familles qui peuvent recevoir cette aide en sont informées par téléphone, SMS ou mail. Des agents de la municipalité distribuent les chèques dans les boîtes aux lettres.

Chambéry

Pour mieux accompagner les plus démunis en ce temps de crise, la ville de Chambéry a annoncé le 17 avril le versement d'une aide exceptionnelle de 100 euros par enfant aux familles les plus précaires, relate France Bleu Pays de Savoie. Une aide sous forme de bons d'achat pour des produits alimentaires ou cosmétiques de première nécessité. 

Environ 700 foyers vont en bénéficier. Toutes les familles concernées sont contactées par téléphone ou par mail pour venir récupérer leurs bons d’achat, contre signature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.