Après quatre mois de fermeture forcée en raison de la crise sanitaire, les pubs ont rouvert ce samedi matin en Angleterre. Un assouplissement attendu, mais qui fait craindre à certains des excès, dans le pays le plus touché d'Europe par le coronavirus.

Les pubs ont rouvert en Angleterre ce samedi 4 juillet, comme ici au nord de Londres.
Les pubs ont rouvert en Angleterre ce samedi 4 juillet, comme ici au nord de Londres. © Radio France / PRESS ASSOCIATION IMAGES

Une pinte de bière entre amis, à la table d'un pub, c'est un "must" de la culture anglaise. Après être restés quatre mois sans activer la pompe à bière, les gérants de pub sont autorisés à rouvrir les portes de leurs établissements depuis 6h GMT ce samedi matin. Une mesure qui ne s'applique qu'en Angleterre, le Pays de Galles, l'Ecosse et l'Irlande du nord ayant décidé de repousser cet aspect du déconfinement. Les hôtels, salons de coiffure, cinémas et musées rouvrent également ce samedi. 

"J'espère qu'on va avoir du monde, et qu'on va survivre"

Au-delà de la liberté retrouvée pour les clients, l'enjeu de cette réouverture est économique pour les patrons de pubs. Renato est gérant d'un établissement de Camden, dans le nord de Londres : "J’ai passé un accord avec le propriétaire, qui m’a fait un rabais, j’ai pris un prêt à la banque, et l’Etat a payé les salaires des employés. En mettant tout bout à bout, je suis toujours là ! Grâce à Dieu ! Parce qu’il n’y a pas tant de bars que ça qui vont rouvrir, je vois beaucoup de gens qui ne vont pas pouvoir le faire." Selon la fédération des débitants de boissons, 40% des pubs pourraient fermer d'ici la fin de l'année, soit environ 18.000 sur les près de 50.000 que comptent le Royaume-Unis.

Les gérants de pub espèrent donc voir du monde dans leurs établissements dès ce week-end, à l'image d'Alex, qui craint tout de même les effets négatifs que pourraient avoir les règles sanitaires nécessaires à la réouverture sur la convivialité habituelle, et donc sur le nombre de clients : "On va ouvrir a plein temps si c’est possible. Mais bon, avec la distanciation sociale, il faut qu’on laisse un mètre de distance entre chaque personne. Il faut prendre la température des employés avant de commencer à travailler, porter des masques, des gants, etc. J’espère qu’on va avoir du monde, et qu’on va survivre..." Alex craint de perdre 25% de son chiffre d'affaires habituel, puisque les règles sanitaires impliquent forcément un nombre moins important de clients. Les établissements doivent également conserver les coordonnées de leurs clients durant trois semaines. 

"Le virus est toujours parmi nous"

Mais dans le pays d'Europe le plus touché par l'épidémie de coronavirus, avec 44.000 morts, cette réouverture des pubs et plus largement cette phase de déconfinement fait craindre une deuxième vague de contaminations. "Le virus est toujours parmi nous", rappelle ainsi le Premier ministre Boris Johnson, évoquant notamment le cas de Leicester, où un foyer de contamination a poussé les autorités à reconfiner une zone de 600.000 habitants. Il appelle ses concitoyens à la prudence : "Le confinement a été une réussite car tout le monde a travaillé ensemble. La réouverture ne pourra être un succès que si tout le monde travaille ensemble à nouveau.

L'humour anglais déconfiné

Sur les réseaux sociaux, la réouverture des pubs a en tous cas inspiré nos voisins d'outre-Manche, qui ne semblent pas avoir perdu leur humour. À travers le mot-dièse #PubsReopening ("réouverture des pubs"), certains s'amusent à imaginer l'attitude de celles et ceux qui vont commander quelques verres dès aujourd'hui. Comme cet internaute, qui prédit que les marquages au sol pour éviter aux clients de se croiser ne seront plus tout à fait les mêmes "après trois pintes" :

D'autres font le choix de ne pas se rendre dans les pubs pour le moment, et postent fièrement des photos de leurs réserves personnelles :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.