Dimanche soir, le gouvernement a annoncé l'interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes. Pour l'industrie du spectacle, c'est un petit cataclysme : à Paris comme en région, une partie des salles va devoir renoncer à ses spectacles... ou trouver des astuces pour contourner l'interdiction.

A la Philharmonie de Paris, les concerts sont annulés jusqu'à nouvel ordre
A la Philharmonie de Paris, les concerts sont annulés jusqu'à nouvel ordre © AFP / Manuel Cohen

Après l'interdiction de rassemblements de plus de 5 000 personnes, qui a conduit à l'annulation de salons et d'événements sportifs, ce sont désormais, depuis dimanche soir, tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes qui sont interdits. Autrement dit, une partie des spectacles musicaux et de théâtre sont directement menacés, et plus globalement, des événements de divertissement, à Paris comme en région. 

Ceux qui vont jouer

Le groupe Nada Surf a décidé de couper en deux son concert prévu mercredi 11 mars à la Cigale. Au lieu de jouer un spectacle, le groupe en jouera deux dans la soirée, avec une jauge deux fois plus petite. La salle maintient pour l'instant sa programmation. 

À l'Auditorium de la Maison de la Radio la jauge va être abaissée à 1 000 places pour permettre la tenue des deux concerts des 10 et 12 mars (quatuors de Beethoven par les Diotima et Dvořák, Martinů, Janáček par le Chœur de Radio France). Même choix de l'orchestre national de Lille qui baisse la jauge de L'auditorium du nouveau siècle de 1750 à 850 personnes.

Ceux qui annulent 

L'AccordHôtel Aréna de Bercy annulé et reporte les concerts de Ninho, Matt Pokora, Tryo, Andrea Bocelli. Annulé sans autre date le groupe coréen de K-pop Ateez. Décision en attente pour Romeo Elvis.

Petit à petit, d'autres annulation s'ajoutent : à Paris, la Philharmonie supprime tous ses concerts de sa grande salle jusqu'à nouvel ordre

Le Grand Rex vient d'annoncer annulation des concerts de Madonna prévus les 10 et 11 mars.

Au Zénith de Paris, deux concerts sont annulés jusqu'ici : celui d’Avril Lavigne, prévu le 26 mars et celui d'Allaoua le 28. Pour les autres (Papa roach Hollywood undead, Claudio Capéo, Boulevard des airs, et Thérapie Taxi), la salle dit attendre un arrêté ou un décret. 

La Seine Musicale a annulé le Festival Chorus 2020 (28 au 29 mars) et renonce a programmer Simple Minds (4 avril). pour les autre concerts, comme celui d’Agnès Obel le 20 mars, la salle dit vouloir communiquer "date par date". 

La Salle Pleyel a annulé les deux dates de Maxime Le Forestier : ce lundi et le 16 mars (Mais Morissey le 11 est toujours à l'affiche pour l’instant)

À Caen, le concert que devait donner Jean-Louis Aubert au Zénith est annulé ce lundi soir. 

Idem pour un concert du groupe IAM à la Cartonnerie de Reims

"On n'a plus rien de prévu d'ici début juin", a affirmé à l'AFP Thierry Teodori, directeur général de la Halle Garnier à Lyon, une des plus grandes salles de France (jusqu'à 17.000 places) qui a reporté les concerts de Gims, M et Patrick Bruel. Gims est annulé également au Zénith de Nantes, samedi 7 mars. La même salle annonce le report du spectacle de Muriel Robin le 10 mars, du concert de Dadju le 12 et Jean-Louis Aubert le 17 ainsi que du concert d'Alain Souchon prévu le 2 avril.

Et à Marseille, un spectacle prévu le 12 mai par l'humoriste Nora Hamzawi est d'ores et déjà reporté au mois de juin. 

Les artistes et les salles qui s'interrogent 

The disruptives, le groupe de Guillaume Meurice, ne sait pas encore s'il va pouvoir se produire le 14 au Trianon. La salle, ainsi que l'Elysée Montmartre vont décider selon les jauges et le nombre de réservations. 

À L'Olympia qui programme Van Morrison le 10 mars ou Stéphane Eicher le 13, aucune décision n'est encore prise. 

D'autres salles, comme l'Aéronef de Lille qui a prévu un concert de Calypso rose le 13 mars, ou Le Zénith de Toulouse qui affiche toujours le concert d'Alain Souchon le 12, disent attendre un arrêté préfectoral. 

À l'instar de ce qui s'est fait en Italie, où une interdiction similaire a été décidée, d'autres lieux pourraient décider de réduire leur capacité d'accueil le temps de la crise. Certains pourront même décider de jouer à huis clos des concerts uniquement diffusés à la télévision - comme l'Orchestre de Chambre de Lausanne.

Quelles salles sont potentiellement concernées par l’interdiction ?

La liste des salles de plus de 1 000 places en France est considérable : au-delà des très grandes salles (Arena, Zéniths, etc.), on compte de très nombreux lieux qui accueillent plus d'un millier de personnes :

  • À Paris, c'est le cas du Palais des Congrès, du Châtelet, du Grand Rex, de la salle Pleyel, du Casino de Paris, de l'Olympia, des Folies Bergère, du théâtre Mogador, du Bataclan, de la Cigale, du Trianon ou de l'Élysée Montmartre.
  • À Lyon, le Palais des Congrès, l'Auditorium Maurice-Ravel et la Bourse du Travail sont concernés, en plus de la Halle Tony-Garnier qui dépassait déjà la limite de 5 000 places (avec ses 17 000 places). 
  • À Marseille, c'est aussi le cas du Dock des Suds (2 800 places), du théâtre Silvain (2 800 places également), du Silo (2 118 places) ou du Moulin (1 500 places)
  • À Toulouse, si le Zénith était déjà hors-jeu avec ses 11 000 places, c'est désormais aussi le cas du Palais des Sports et de la Halle aux Grains.
  • À Lille, exit l'Aéronef, le Nouveau Siècle, le Colisée de Roubaix et le Cirque Jules Verne, dont la capacité est pour tous entre 1 500 et 2 000 places, ainsi que le Théâtre Sébastopol (1 450 places). 

On peut ajouter à cela, et en vrac, la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand, La Vapeur à Dijon, Le Quartz à Brest, le Palais d'Auron à Bourges, U Palatinu à Ajaccio, l'Arsenal de Metz, le Théâtre des Arts à Rouen, la Médoquine à Talence, Zinga Zanga à Béziers, Stéréolux à Nantes, etc. Autant de salles de taille moyenne qui accueillent plus de 1 000 personnes.Parmi les lieux les plus en danger, figurent les salles dédiées à la musique classique : les grands orchestres nationaux jouent pour la plupart dans des salles de plus de 1 000 places : l'Opéra Bastille, la Philharmonie de Paris, l'auditorium de Radio France, la Halle aux Grains à Toulouse, le Palais de la Musique de Strasbourg, les Opéras de Marseille et de Bordeaux, ou le Capitole à Toulouse, toutes ces salles excèdent la capacité limite. 

Et quid des lieux fermés, mais qui n'accueillent pas des spectateurs assis ou fixes, comme les musées ? Ceux-ci adoptent des stratégies différentes : au Louvre, l'accès a été restreint lundi matin aux visiteurs ayant une réservation ou bénéficiant d'une gratuité. Dès lundi matin, le Centre Pompidou a lui aussi réduit sa capacité d'accueil à 1 000 personnes à la fois à l'intérieur. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.