Le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé samedi soir la fermeture des lieux publics "non indispensables" et a appelé les Français à "montrer plus de discipline" dans l'application des mesures. Ce dimanche, alors que de nombreux Françaises et Français sont encore en balade, petit rappel du principe du confinement.

Le jardin des Tuileries, plutôt calme, à Paris, samedi.
Le jardin des Tuileries, plutôt calme, à Paris, samedi. © AFP / Jerome Gilles / NurPhoto

Les Français sont invités à "rester chez eux", au lendemain des annonces du Premier ministre Édouard Philippe samedi soir, qui a ordonné la fermeture de tous les lieux accueillant du public "non essentiels" et a appelé les habitants du pays à ne pas prendre les recommandations à la légère :

Nous devons tous ensemble montrer plus de discipline dans l'application de ces mesures. Nous devons éviter au maximum de nous rassembler, limiter les réunions amicales et familiales.

De nombreuses images qui ont circulé sur les réseaux sociaux semblent pourtant montrer que de très nombreuses personnes ne suivent pas ces recommandations, et continuent à sortir, à se rassembler, parfois en foules

>> A LIRE AUSSI : "Irresponsables" ? Malgré les restrictions, Françaises et Français continuent (massivement) à se réunir dehors

Il convient donc de faire un petit rappel : le principe qui précède à toutes les annonces de samedi soir, comme à celles prononcées précédemment (fermeture des écoles, etc.) sont des mesures non pas de confinement mais de "distanciation sociale". Faute de traitement ou de vaccin, cette distanciation sociale consiste à freiner la propagation du virus, à l'empêcher de se transmettre de proche en proche. Vous pouvez être un porteur sain du virus, et le transmettre à chaque fois que vous êtes en contact avec d'autres personnes. 

Eviter les interactions sociales

Aux gestes barrière mis en avant depuis plusieurs semaines (ne plus se serrer la main, ne plus se faire la bise, se laver les mains régulièrement, éternuer dans sa manche) viennent donc s'ajouter des recommandations supplémentaires. Rester chez soi, ce n'est pas que télétravailler : c'est limiter le plus possible le nombre de personnes que vous allez croiser. "Il faut sortir de chez soi uniquement pour faire les courses essentielles et faire un peu d'exercice", a déclaré le Premier ministre ("et voter", mais cela n'était valable que pour ce dimanche).

Autrement dit, ne profitez pas de la fermeture de votre café préféré pour aller vous rassembler sur le banc d'à-côté, ou, pire, pour organiser un apéritif chez vous. Le virus n'est pas dans la rue ni aux terrasses, le virus est véhiculé par les gens qui se déplacent, comme l'a dit samedi soir le directeur général de la santé Jérôme Salomon : 

Le virus ne circule pas en France : ce sont les hommes et les femmes qui le font circuler.

De même, il n'est pas certain que se réunir en famille, lorsqu'on habite pas tous au même endroit, soit une bonne idée - vous risquez d'amener le virus dans une zone où il ne circule pas encore. C'est pour cette raison que le Premier ministre a demandé d'éviter les déplacements interurbains. En d'autres termes, et comme le martèle un mot-clé sur Twitter : restez chez vous et évitez autant que possible les interactions sociales.

Dimanche soir, le ministre de la Santé Olivier Véran a "conjuré" les Français de respecter ces consignes. "Nous sommes tous acteurs : les décisions que nous prenons au quotidien, la sortie que nous allons annuler, la soirée que nous n'allons pas faire avec les amis, tout cela est déterminant pour protéger la santé des Français". 

Pourquoi cette distanciation ?

Pour ralentir l'épidémie : moins elle circule vite, moins le pic a de chances d'arriver rapidement et d'être fort. On parle "d'aplanir le pic", c'est-à-dire de le faire intervenir plus tard et moins fort. On peut observer par exemple, sur le graphique ci-dessous, que la Chine a réussi à aplanir son pic, et à limiter le nombre de contaminations grâce à des mesures drastiques de confinement. 

Covid-19 : les décès dans le monde
Covid-19 : les décès dans le monde © AFP / KUN TIAN, VALENTINE GRAVELEAU

En France, il n'est pas encore question de confinement, comme en Italie, où le fait de sortir de chez soi sans vraie justification, ou d'ouvrir un magasin non autorisé, est passible d'une amende. Mais cette mesure fait partie de celles qui pourraient être envisagées si les citoyens et citoyennes ne prennent pas suffisamment leurs responsabilités. 

Pas de bravoure

Le coronavirus n'est pas un être vivant, il est un virus, qui se transmet par des contacts biologiques. En d'autres termes, ce n'est pas un "ennemi" qui se "laissera impressionner". Rien ne sert de vouloir "résister" ou "ne pas s'arrêter de vivre". Ce dimanche midi, le directeur général de l'AP-HP, Martin Hirsch, l'a redit : vouloir faire preuve de bravoure face au virus ne sert à rien. "Tant que c'est abstrait, on peut se dire qu'on peut être plus fort. Ca, c'est de la connerie"

Le courage, c'est être capable d'être celui qui a fait attention.

Plusieurs initiatives d'information et de sensibilisation ont été diffusées, comme celle du dessinateur Zep qui a mis en scène son personnage Titeuf dans une vidéo de rappel des règles de base. 

Et en une animation, le principe de la distanciation sociale a été résumé... avec des allumettes. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.