Le ministère de l'Education nationale allège le règlement sur les cas contacts à l'école, dans le but d'éviter les fermetures de classes : elles ne seront obligatoires qu' à partir de trois cas positifs parmi les élèves, contre un seul jusqu'à présent.

Désormais, la fermeture d'une classe d'école ne sera obligatoire qu'à partir de trois cas positifs, d'après un allègement du protocole sanitaire validé par le gouvernement.
Désormais, la fermeture d'une classe d'école ne sera obligatoire qu'à partir de trois cas positifs, d'après un allègement du protocole sanitaire validé par le gouvernement. © AFP / Arthur Nicholas Orchard / Hans Lucas

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, invité lundi matin du Grand Entretien de France Inter, l'a confirmé : pour collège, primaire, lycées, il faudra désormais au moins trois cas d'élèves testés positifs au virus dans une même classe pour valider sa fermeture. "On a un avis de la Haute Autorité de santé, un avis scientifique qui permet de montrer que les enfants, non seulement , font très peu de formes graves [de la maladie] voire pas du tout, et ensuite, sont très peu contaminants" explique ainsi Gabriel Attal. 

"Ça permet de fermer moins de classes quand ça n'est pas nécessaire"

"Fermer une classe, c'est aussi dire à des enfants "vous rentrez chez vous", et on sait que c'est de grandes difficultés aussi pour beaucoup d'enfants qui ne peuvent pas continuer à suivre leur scolarité", se justifie Gabriel Attal.

Port du masque et gestes barrières toujours obligatoires

Ce changement a été amorcé par le ministre de la Santé Olivier Véran qui a assuré, en se fondant sur un avis du Haut Conseil pour la santé publique (HSCP), que les enfants étaient peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes. D'après l'avis publié, "le risque de transmission existe surtout d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte. Les transmissions surviennent surtout en intra-famille ou lors de regroupements sociaux avec forte densité de personnes en dehors des établissements scolaires". Pour autant, les règles concernant le port du masque à l'école ne changent pas : il reste obligatoire pour les adultes et personnels de l'établissement, ainsi que pour les élèves des collèges et lycées. Les enfants de maternelle et de primaire en sont toujours dispensés.

Protocole révisé pour élèves et enseignants

D'après ce nouveau protocole, applicable dès le 22 septembre 2020, si un enfant est testé positif, il doit certes être isolé sept jours chez lui mais les élèves de sa classe doivent pouvoir continuer à aller normalement à l'école.  Jusqu'à présent, si un élève était considéré comme "cas contact", il ne pouvait revenir à l'école que si un test, réalisé sept jours après le dernier contact avec le cas confirmé, était négatif.

"Le protocole d’identification des personnes cas contacts, leur isolement éventuel, la fermeture possible de classes, voire d’écoles, sera toutefois appliqué lorsque qu’il y aura au moins trois cas confirmés dans la même classe (enfants ne venant pas de la même famille ou ne vivant pas dans le même foyer)".

Pour les enseignants, le protocole offre aussi une nouveauté : en cas de tests positifs parmi les effectifs de sa classe, il n'est plus considéré comme un cas contact  : "Le professeur du premier degré, parce qu’il porte un masque qui constitue une mesure de protection efficace ainsi que l’a reconnu le HCSP, n’est plus considéré comme un 'cas contact' et n’est pas invité à s’isoler, s’il a côtoyé un élève non masqué positif à la Covid-19" lit-on dans le nouveau règlement. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.