Le chef de l'État s'exprime dans une allocution télévisée mardi soir, la première depuis juillet. S'il évoquera la relance économique et sans doute la réforme des retraites, la crise sanitaire sera une nouvelle fois au cœur de cette prise de parole, alors que l'épidémie semble connaître un léger rebond ces jours-ci.

Emmanuel Macron, en mars 2021.
Emmanuel Macron, en mars 2021. © AFP / Bastien Marie / Hans Lucas

Emmanuel Macron de retour face aux Français. Reprise de l'épidémie de Covid, relance économique, réformes (notamment des retraites) : le chef de l'État s'exprimera mardi soir à 20 heures dans une allocution, pour la neuvième fois depuis le début de la crise sanitaire et pour la première fois depuis le mois de juillet, et ce après un Conseil de défense sanitaire qui se réunissait le matin. Alors que le nombre de cas quotidiens remonte, l'exécutif espère, via le rappel vaccinal, éviter une nouvelle vague. À ce stade, seules 3,4 millions des 7,7 millions de personnes éligibles ont été revaccinées.

La piste la plus évoquée, celle de conditionner la dose de rappel au maintien du pass sanitaire, "est sur la table", a indiqué vendredi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Dans un premier temps, pour les plus de 65 ans. En revanche, selon une source au gouvernement, le rappel obligatoire pour les soignants (sujet sensible en pleine crise de l'hôpital) et la vaccination des 5-11 ans devraient être écartés. Avant l'allocution du chef de l'État, voici les cinq graphiques ou chiffres à avoir en tête.

Nombre de cas : il repart à la hausse depuis mi-octobre

Depuis la mi-octobre, et après un pic atteint autour du 15 août, le nombre de cas repart doucement à la hausse depuis le début du mois dernier, pour atteindre actuellement une moyenne de 7.000 nouveaux cas par jour, soit environ 20% de plus qu'il y a une semaine. Fin juin, cette moyenne était sous les 2.000 nouveaux cas quotidiens.

Taux de positivité : il se rapproche de 3% des tests effectués

Comme pour le nombre de cas, le taux de positivité (rapport personnes positives/personnes testées) se rapproche des niveaux de l'été qui ont précédé le pic du mois d'août. Actuellement, 3% des tests ressortent positifs alors que ce chiffre tournait plus autour de 1% il y a un mois.

Incidence : une douzaine de départements au-dessus de 100 cas pour 100.000 habitants

Au niveau national, le taux d'incidence dépasse les 70 cas hebdomadaires pour 100.000 habitants, renouant là encore avec les niveaux de la mi-fin juillet, avant le pic épidémique du mois d'août. En métropole, une douzaine de départements ont franchi la barre des 100 cas pour 100.000 habitants : la Lozère, le Maine-et-Loire, la Creuse, la Haute-Corse, les Bouches-du-Rhône, l'Ardèche, le Haut-Rhin, les Ardennes, le Jura, Paris, la Vendée et l'Aveyron.

Soins critiques : plus de 1.100 personnes actuellement hospitalisées

Il y a actuellement plus de 1.100 personnes hospitalisées en soins critiques en France, et ce chiffre, s'il n'a jamais été sous la barre des 1.000 depuis la rentrée, tend à réaugmenter légèrement depuis quelques jours. On dénombre en moyenne 80 nouvelles admissions chaque jour.

Vaccination : de plus en plus de doses de rappel

La dose de rappel, pour l'instant réservée aux populations à risque, sera donc l'un des leviers importants des prochains mois car, comme le rappelait Karine Lacombe mardi matin sur France Inter, "les soignants ont été les tout premiers à être vaccinés dès janvier et beaucoup d'entre eux ont vu leur taux d'anticorps baisser énormément avant cette troisième dose au bout de six mois". Actuellement, plus de 3,55 millions de "troisièmes doses" ont été administrées en France et le rythme s'accélère : en moyenne, 80.000 doses chaque jour et jusqu'à 140.000 piqures en fin de semaine dernière.