L'expérimentation devait avoir lieu ce samedi dans deux clubs parisiens, elle est finalement annulée : alors que les organisateurs pensaient recruter 4 400 personnes, ils n'ont pas reçu suffisamment de candidatures. L'opération est reportée à "une date ultérieure".

La discothèque La Suite à Périgueux (image d'illustration)
La discothèque La Suite à Périgueux (image d'illustration) © Radio France / Xavier Dalmont

L'expérience aurait dû marquer un premier retour en boîte de nuit, avant la réouverture prévue pour le 9 juillet prochain. Elle n'aura finalement pas lieu ce samedi comme prévu initialement. Dans un tweet, les organisateurs de l'initiative "Reviens la nuit", pilotée par l'agence de recherche ANRS/Maladies infectieuses émergentes et l'AP-HP, ont annoncé que cette soirée était "reportée à une date ultérieure". 

Pour participer à l'expérience, il fallait être intégralement vacciné et âgé de 18 à 49 ans. Alors que les organisateurs espéraient recruter quelque 4 400 franciliens et franciliennes, ils ont expliqué que "le nombre de volontaires n'était pas suffisant pour permettre à l'étude d'apporter, dans le contexte épidémique actuel, des résultats concluants" pour "évaluer la transmission du SARS-CoV-2 lors d'événements "clubbing" en intérieur, à jauge pleine, chez les gens vaccinés". 

La réouverture toujours prévue le 9 juillet

Deux lieux étaient prévus pour accueillir cette expérimentation samedi soir : la Machine du Moulin Rouge et le Cabaret Sauvage, qui devaient rouvrir leurs portes de 23h à 6h du matin dimanche, pour la toute première fois depuis le début des restrictions sanitaires. Deux boîtes de nuit qui devront donc attendre le 9 juillet, jour prévu par les autorités pour la réouverture effective des discothèques. Celle-ci se fera à 75% de la jauge, et le public devra prouver une vaccination ou un test PCR négatif - c'est--à-dire que l'entrée sera soumise au pass sanitaire, quelle que soit la taille du lieu. En revanche, le port du masque sera recommandé mais pas obligatoire. 

Dans tous les cas, l'étude qui devait se tenir ce samedi soir ne devait pas avoir d'incidence sur la décision de réouverture le 9 juillet – mais devait éventuellement permettre d'adapter les normes sanitaires à partir de la fin de l'été, les résultats n'étant pas attendus avant fin juillet. "Les équipes scientifiques, logistiques et artistiques restent mobilisées et unies sur ce projet pour une expérimentation qui se tiendra à une date ultérieure, lorsque toutes les conditions nécessaires à sa réalisation seront favorables et plus propices au temps de la recherche", peut-on enfin lire dans le communiqué diffusé notamment sur Twitter.