Le gouvernement dénombrait lundi soir 28 établissements et 262 classes fermés dans toute la France, à la suite de cas de Covid-19 chez des enseignants ou des élèves. Pour les parents, cela réactive l'angoisse de devoir trouver une solution de garde en urgence, hors de tout cadre réglementaire.

Des parents ont du mal à trouver des solutions pour garder leurs enfants.
Des parents ont du mal à trouver des solutions pour garder leurs enfants. © Radio France / Jérôme Collin

Elle a vécu le confinement avec sa fille et espérait bien en avoir fini avec l'école à la maison. Raté. Depuis lundi, Nathalie doit à nouveau garder Zoé, dix ans. Son école de Moncaut, dans le Lot-et-Garonne, est fermée après l'apparition d'un cas de Covid-19 dans l'établissement. Tous les enfants sont considérés comme des cas contacts, et donc priés de rester confinés chez eux. Lundi soir, le gouvernement dénombrait 28 établissements et 262 classes fermés en France, à la suite de cas de Covid-19 chez des enseignants ou des élèves.

Des parents en grande difficulté et en colère

"Mes parents et mes beaux-parents ont une santé fragile, ou plus de 75 ans", explique Nathalie, "impossible de leur laisser la petite. Alors il a fallu se débrouiller en urgence". Le matin, c'est assez simple pour cette assistante de direction, qui travaille dans l'entreprise de son mari : elle emmène sa fille au travail et s'enferme avec elle dans son bureau. "Mais l'après-midi je suis dans une autre entreprise. J'ai dû me mettre d'accord avec mon patron. Heureusement il me connait depuis 20 ans et m'a proposé de travailler depuis chez moi, en gardant ma fille. C'est vraiment sympa de sa part, mais je suis très remontée contre les autorités."

"En gros, la solution, c'est : soit de négliger notre travail et imposer nos jours de congés à notre employeur, soit faire prendre des risques à nos parents et beaux-parents en leur donnant nos enfants"

Le maire de Moncaut ressent cette colère parmi ses administrés. "J'ai posé la question lors d'une réunion avec la préfète et l'Agence régionale de santé, mais rien n'est prévu au niveau réglementaire. Ni garde d'enfant comme pendant le confinement, ni chômage partiel. C'est à chacun de négocier avec son employeur, ce qui met certains parents en difficulté".

À Nanterre en région parisienne, l'école Pablo Picasso est fermée. Le directeur a fourni aux parents qui en avaient besoin un certificat attestant que l'établissement est bien fermé à cause de l'apparition d'un cas de Covid, et que leur enfant doit être gardé à la maison. Mais il n'oblige en rien l'employeur à libérer son salarié.

Un service minimum mis en place dans certaines communes

Parfois, quand une école ferme, un service minimum est envisageable. C'est le cas à Pouillon dans les Landes, où l'établissement élémentaire est fermé depuis lundi à la suite de cas de Covid-19 chez les enseignants. Seuls les onze instituteurs sont considérés comme cas contacts. Les élèves n'ont donc plus de professeurs mais ne sont pas tenus de rester à l'isolement. "Ils sont accueillis dans les locaux de l'école" explique le maire, Patrick Vilhem : "Évidemment ce n'est pas de l'enseignement scolaire comme on l'entend, mais parfois plutôt des activités périscolaires, de loisirs ou ludiques"

"C'est fait pour que les enfants s'épanouissent et que les parents puissent continuer leur activité"

Son collègue de la commune voisine d'Habas a fait le même choix : "Pour aider les administrés, c'est normal et c'est le même système que pendant les grèves des enseignants". Une solution discutée avec la préfecture, mais le maire est le seul à décider : rien ne l'oblige à instaurer ce service minimum lors de la fermeture d'un établissement pour des cas de Covid-19. Ce qui peut créer des inégalités sur le territoire.

Vers un congé parental ?

Le gouvernement assure étudier un dispositif permettant, sous conditions, à un parent d'arrêter de travailler en cas de fermeture de la classe de son enfant à cause du Covid-19. Le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a évoqué un "congé parental", dont les contours ne sont pas, pour l'heure, connus.