La question du critère d'âge dans la campagne de vaccination anti-Covid se pose de plus en plus en France. Aujourd'hui, de très nombreuses professions sont considérées comme prioritaires, mais seuls les plus âgés (au-delà de 55 ans) peuvent se faire vacciner.

De nombreuses professions sont considérées comme prioritaires à la vaccination mais toujours contraintes par un critère d'âge.
De nombreuses professions sont considérées comme prioritaires à la vaccination mais toujours contraintes par un critère d'âge. © AFP / Hans Lucas / Idriss Bigou-Gilles

C'est un pavé dans la marre. Au stade de France, le centre de vaccination a mis fin au critère d'âge pour les professions prioritaires, déjà listées par le gouvernement, dont seuls les plus de 55 ans pouvaient jusqu'alors se faire vacciner. Une décision, révélée par France Inter jeudi midi, qui doit permettre qu'un nombre important de doses jusque là laissées de côté trouvent preneur. Mais qui repose la question de l'élargissement du critère d'âge, dont la prochaine étape n'est pas prévue avant la mi-mai. 

Actuellement, mis à part les professionnels de santé, au sein des professions jugées prioritaires, seuls les plus âgés peuvent se faire vacciner. Et il n'est pas encore question d'élargir la vaccination. "On va continuer à prioriser par âge parce que c’est le plus efficace", affirme encore ce jeudi le chef de l'État dans un entretien à la presse quotidienne régionale. Emmanuel Macron a d'ailleurs préféré annoncer l'ouverture de la vaccination aux "plus de 18 ans qui ont une surcharge pondérale sérieuse".

Une liste (très) détaillée des professions "prioritaires"

Les ministères du Travail et de la Santé ont établi une liste très précise des professions prioritaires. Les critères de sélection choisis par le gouvernement sont le fait de travailler en milieu clos, l'impossibilité de respecter scrupuleusement les gestes barrières, de ne pas pouvoir télétravailler et d'être particulièrement à risque. Ces professions ont pu bénéficier de créneaux réservés pour une vaccination avec l'AstraZeneca, dès le 17 avril, dans des centres dédiés. Les personnes doivent effectuer une déclaration sur l'honneur, présenter une fiche de paye ou une carte professionnelle. Mais pour tous ces métiers, donc, subsiste le critère d'âge, pour l'instant bloqué à 55 ans.  

  • Dans le public, cela concerne les professeurs des écoles, collèges, lycées ; les agents au contact des élèves en école, collège, lycée (dont les Atsem, accompagnants des élèves en situation de handicap, etc.) et assistants maternels ; les professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse et les professionnels de la protection de l’enfance, les professionnels de l’hébergement d’urgence ; les policiers nationaux et municipaux, gendarmes, surveillants pénitentiaires et une partie des douaniers. 
  • Dans le privé, ce sont les conducteurs de bus, ferry navette fluviale ; routiers ; livreurs ; chauffeurs taxi et VTC ; contrôleurs des transports publics ; les agents d’entretien, de nettoyage, ramassage et centre de tri des déchets ; de gardiennage et de sécurité ; les caissières, employés de libre-service, vendeurs de produits alimentaires (bouchers, charcutiers, traiteurs, boulangers, pâtissiers) ; les professionnels des pompes funèbres ; Ouvriers non qualifiés de l’industrie agroalimentaire, salariés des abattoirs ou d'entreprises de transformation des viandes. 

Celles et ceux qui réclament ce statut

Aujourd'hui, nombreuses sont les professions à avoir été reconnues comme prioritaires. En revanche, le critère d'âge est donc vivement contesté, par exemple par les chauffeurs de taxis ou les caissières qui notent que le risque d'exposition face au virus est tout aussi grand à 30 qu'à 50 ans

Ainsi, désormais, peu de corporations réclament leur ajout à cette liste, à l'exception, peut-être des marins "particulièrement vulnérables", selon eux, face à la pandémie de Covid-19. "L'éloignement des côtes et donc de tout centre médical, ainsi que l'espace exigu d'un navire rend le développement du virus particulièrement dangereux et rapide", écrivaient les signataires d'un courrier adressé au Premier ministre Jean Castex mi-avril.

Enfin, ce n'est pas vraiment une profession mais certains députés (groupe Agir) avaient demandé début avril d'ouvrir la vaccination aux étudiants en priorité pour "offrir un espoir" à la jeunesse du pays, profitant de la livraison du vaccin à dose unique Janssen du laboratoire américain Johnson & Johnson. Une proposition visant notamment à assurer une rentrée 2021 en "présentiel". 

80 % des professionnels de santé vaccinés

La campagne vaccinale permet aux professionnels des secteurs de la santé (y compris libéraux) et du médico-social, des pompiers et des aides à domicile, âgés de 50 ans et plus et/ou présentant des comorbidités de se faire vacciner depuis le début du mois de janvier et le début de la campagne. Le critère d'âge a été levé le 6 février pour les professions médicales (médecins, chirurgiens-dentistes, sage-femme), métiers de la pharmacie, les infirmiers, auxiliaires médicaux, aide-soignants, ambulanciers, infirmiers ou autres soignants (kinés, podologues, orthophonistes, orthoptistes, prothésistes, opticiens, etc.) 

Ainsi, dans les faits, près de 80 % des professionnels de santé ont aujourd'hui reçu une première dose de vaccin. Ils sont 76,4% dans les Ehpad et les Unités de soins longue durée. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.