Les établissements qui respectent distanciation physique, port du masque, et autres précautions sanitaires et gestes barrières ne sont pas des lieux de propagation rapide du coronavirus, d'après une étude américaine publiée mardi.

En France, le masque est obligatoire en classe et à l'extérieur pour tous les élèves à partir de 6 ans. Photo d'illustration.
En France, le masque est obligatoire en classe et à l'extérieur pour tous les élèves à partir de 6 ans. Photo d'illustration. © AFP / Hans Lucas / Jean-Christophe Milhet

Faut-il fermer ou non les écoles, pour limiter la propagation de la Covid-19 ? Si certains pays ont pris cette lourde décision, d'autres ont choisi des solutions intermédiaires. En France, les autorités espèrent retarder au maximum une telle éventualité. Et cette étude américaine apporte un argument en faveur du maintien de la scolarité en présentiel : les écoles qui font respecter la distanciation physique, le port du masque, et d'autres précautions sanitaires n'ont pas constaté de propagation rapide du coronavirus en leur sein, d'après l'analyse publiée mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Peu de preuves impliquent les écoles dans une hausse significative des transmissions

Les chercheurs, travaillant pour les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), ont passé en revue les données d'études ayant pour cadre des écoles dans trois États américains, et certains pays européens. "Alors que beaucoup d'écoles ont rouvert leurs portes pour une instruction en présentiel dans certaines parties des États-Unis, ainsi qu'à l'international, des cas de Covid-19 liés au milieu scolaire ont été rapportés, mais il existe peu de preuves que les écoles ont contribué de manière significative à une augmentation des transmissions" au niveau local, ont-ils affirmé.

"La majorité des preuves existantes, portant sur le premier semestre scolaire, ont été rassurantes dans la mesure où le type de propagation rapide qui avait été fréquemment observé dans les lieux de cohabitation, ou les lieux de travail à forte fréquentation, n'est pas observé dans les milieux scolaires", ont soutenu les chercheurs.

Les précautions sanitaires et gestes barrières doivent être scrupuleusement respectés

Selon eux, les données suggèrent la voie à suivre pour "maintenir ou revenir partiellement ou entièrement" à une instruction en présentiel. "Toutes les mesures recommandées pour limiter (les risques de contagion) dans les écoles doivent continuer", indiquent-ils.

Celles-ci comprennent : le port universel du masque, la distanciation physique, et un fonctionnement hybride entre des cours virtuels et présentiels, afin de limiter les effectifs dans les classes. D'autres mesures sont également possibles comme l'augmentation de la ventilation des salles, et l'accroissement des tests afin de rapidement identifier et isoler les individus asymptomatiques infectés. Les activités sportives d'intérieur sont à prohiber cependant, conseillent les chercheurs.

"Il y a beaucoup d'espoir pour un environnement plus sûr dans les écoles, et pour les activités sportives en milieu scolaire pendant l'année 2021-2022", s'enthousiasment-ils, citant la présence actuellement de deux vaccins aux États-Unis et en Europe, et la perspective d'en voir d'autres disponibles dans les mois qui viennent.