Après la diffusion d'une information erronée par un compte Twitter (qui a reconnu plusieurs fois son mensonge avant de supprimer son compte), plusieurs internautes s'interrogeaient sur l'état de santé de Mauricette, première Française à être vaccinée contre la Covid-19. Poussant l'APHP à donner de ses nouvelles.

Mauricette, 78 ans, première vaccinée de France le 27 décembre 2021
Mauricette, 78 ans, première vaccinée de France le 27 décembre 2021 © AFP / Thomas SAMSON

Une "fake news pitoyable" : voilà comment le maire de Sevran, Stéphane Blanchet, qualifie cette rumeur qui a agité certains tréfonds des réseaux sociaux. Une fausse information prétendant que Mauricette, son administrée de 78 ans beaucoup vue à la télé après avoir été la première Française vaccinée contre la Covid-19, serait décédée peu après d'une crise cardiaque.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Mauricette va bien et nous devons la respecter comme patiente, elle et ses proches", assure le maire, qui dénonce également "un mensonge, une imposture fabriquée ou relayée par des lâches". "La patiente n'est pas décédée", a précisé de son côté l'APHP elle-même, contactée notamment par franceinfo et Libération. "Mauricette va bien et elle devrait recevoir sa seconde dose de vaccin dans les jours qui viennent."

Une ambiance générale et un mensonge bien emballé

Il a suffi de deux facteurs pour que cette fausse information se répande, en particulier dans les milieux complotistes et/ou antivax. D'abord une inquiétude (faussement sincère, la plupart du temps) de plusieurs internautes, se demandant ce que devenait la patiente. Une manière, le plus souvent, d'insinuer que l'on nous cacherait d'éventuels problèmes de santé liés à sa vaccination, par contraste avec la nuée de caméras qui l'entouraient au moment clé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Un joli bidon d'essence virtuel qui n'attendait plus qu'une allumette pour s'enflammer, en l'espèce un tweet d'un compte supprimé depuis, prétendant "travailler dans l'établissement où elle était résidente" et que "la dame de 78 ans est décédée".

Le tweet en question, issu d'un compte supprimé depuis
Le tweet en question, issu d'un compte supprimé depuis

Avant de supprimer son compte, l'internaute en question a eu le temps d'avouer à plusieurs utilisateurs, qui l'interpellaient, qu'il avait en effet menti de A à Z. Il reconnaissait "c'est bon ça va, on sait que c'est une fake news", mais estimait que "c'est encore plus grave de vacciner des gens avec du poison". Et ajoutait qu'il avait "menti afin de dissuader les gens de se faire vacciner".

D'autres tentatives de lancer cette même rumeur ont été aperçues sur les réseaux sociaux, notamment par une personne expliquant que sa "cousine" travaille "à l'Ehpad de la dame" (alors qu'elle est en fait, comme l'explique Libération, hospitalisée dans une unité de soins de longue durée).