Lors de son allocution de vendredi, le Premier ministre a fait part de son inquiétude pour trois zones : la Guadeloupe, mais aussi les villes de Bordeaux et Marseille. Les trois départements concernés vont faire l’objet de mesures particulières, annoncées ce lundi.

Passants dans la rue Sainte-Catherine à Bordeaux le 15 août 2020
Passants dans la rue Sainte-Catherine à Bordeaux le 15 août 2020 © AFP / Laurent Perpigna Iban / Hans Lucas

Les jours et les semaines passent, et la hausse du nombre de cas et d’hospitalisations liées au Covid-19 se confirme. Une hausse sans comparaison avec celle de la première vague de l’épidémie, mais une hausse continue depuis deux mois. Et Jean Castex assure de son côté que trois zones géographiques affichent des chiffres plus préoccupants que la moyenne : "Dans deux métropoles – Marseille et Bordeaux – ainsi qu’en Guadeloupe, nous constatons une évolution préoccupante des contaminations, notamment chez les plus âgés, ainsi qu’un taux déjà élevé d’hospitalisation."

Au niveau national, on dénombre un peu plus de 350 nouvelles hospitalisations chaque jour (en moyenne lissée sur sept jours, pour éviter les biais liés aux sous-déclarations le week-end, qui peuvent donner l’impression d’une forte augmentation le lundi suivant).

La hausse est encore plus flagrante si l’on "zoome" sur la période post-confinement : plus on avance dans le temps, plus le nombre d’hospitalisations quotidiennes se rapproche de celui du 11 mai dernier (460 personnes hospitalisées chaque jour), au tout début du déconfinement français. 

Des indicateurs bien plus mauvais en Guadeloupe, Gironde et Bouches-du-Rhône

Dans ces trois zones, plusieurs indicateurs sont dans le rouge. Le taux d’incidence d’abord (autrement dit, le nombre de personnes infectées sur une semaine, par rapport à la population) : dans les Bouches-du-Rhône, il est actuellement à 211 cas hebdomadaires pour 100.000 habitants ; 172 en Gironde ; et 233 en Guadeloupe. La moyenne nationale est largement en-dessous, à 76 cas pour 100.000 habitants.

Le taux de positivité (la proportion de tests positifs) est lui aussi particulièrement inquiétant. Il est en moyenne de 5,3 % en France (un chiffre, là aussi, qui ne cesse d‘augmenter), mais grimpe à 8,6 % dans les Bouches-du-Rhône, 8,3 % en Gironde, et un spectaculaire 18,7 % en Guadeloupe, presque quatre fois plus que la moyenne nationale.

Marseille bat des records post-confinement

On comprend aussi l’inquiétude en observant les chiffres des nouvelles hospitalisations quotidiennes dans chaque département: Paris, Bouches-du-Rhône, Gironde et Guadeloupe.

Dans les Bouches-du-Rhône, où se trouve Marseille, en particulier (courbe bleue sur notre graphique), ces dernières ont bondi en un mois. De 7 nouvelles hospitalisations quotidiennes en moyenne à une cinquantaine le 13 septembre : plus de deux fois ce qu’on y enregistrait début mai, au moment du déconfinement.

La Gironde, où se situe Bordeaux (vert clair) et la Guadeloupe (vert foncé) affichent elles aussi une augmentation préoccupante des hospitalisations. Les deux départements affichent une hausse quasi constante des hospitalisations chaque jour, qui se rapproche d’ailleurs des chiffres de la région parisienne, alors que leurs populations sont bien moins nombreuses.

Des chiffres qui risquent d‘augmenter encore mécaniquement dans les jours qui viennent : la hausse du nombre de cas entraînant mathématiquement une hausse du nombre d’hospitalisations par la suite (plus il y a de malades, plus il y a de cas graves potentiels parmi eux).

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.