Avant deux semaines de congés pour les fêtes, Santé Publique France publie son point épidémiologique hebdomadaire sur le Covid-19. L'établissement public parle d'une situation "préoccupante" et s'inquiète d'une possible aggravation de la situation sanitaire en janvier.

Santé publique France relève un excès de mortalité "très élevé" en Auvergne-Rhône-Alpes
Santé publique France relève un excès de mortalité "très élevé" en Auvergne-Rhône-Alpes © AFP / Nicolas Guyonnet

Dans son dernier point hebdomadaire publié jeudi soir, Santé publique France relève une augmentation de la circulation du Covid-19, alors même, précise l'établissement public, que la circulation était déjà jugée "élevée" la semaine précédente. 

Augmentation des contaminations, le nombre de décès stable

Santé Publique France a analysé les chiffres de la semaine du 7 au 13 janvier et note qu'il y a eu au total 79 787 nouvelles contaminations, soit en moyenne 11 400 cas par jour. Cela représente une hausse de 10% de nouveaux malades par rapport à la semaine précédente.

Le R, l'indice qui permet de savoir le degré de propagation du virus, et qui indique combien de personnes contamine à son tour un nouveau malade, est de nouveau supérieur à 1, ce qui indique que l'épidémie progresse.

Le taux de positivité des tests est de son côté stable, à 6,2% contre 6,4% la semaine précédente.

En ce qui concerne les décès, Santé Publique France indique que leur nombre "tend à se stabiliser".

Toujours d'après les chiffres de Santé publique France, le nombre moyen d'hospitalisations par jour, après une large baisse, repart légèrement à la hausse depuis le 7 décembre...

...Tout comme le nombre d'entrées en réanimation, qui remonte lui aussi légèrement ces deux dernières semaines.

Un nouveau pic en janvier? 

Alors que la France s'est déconfinée mardi pour laisser place à un couvre-feu de 20h à 6h, Santé Publique France n'a pu analyser que les données de la semaine précédente, et ne peut encore mesurer les effets de l'allègement des mesures sanitaires. Mais les données disponibles suffisent à inquiéter Laetitia Huiart, directrice scientifique à Santé publique France :

"On juge la situation préoccupante car on est à un niveau élevé de l'épidémie, et on est vraiment resté à un niveau conséquent, à la fois en termes de nombre de nouveaux cas et de charge hospitalière. De plus, on est à la veille de 2 semaines très particulières, de congés, de fêtes, de retrouvailles, de rencontres."

L'établissement public craint donc un rebond de l'épidémie, et se demande si l'on va vers un nouveau pic. Tout dépendra de l'attitude des Français, précise l'organisme.
Santé publique France s'attend à une flambée épidémique début janvier si les gestes barrières ne sont pas suffisamment respectés pendant les vacances de Noël.