Lors de la conférence de presse du Premier ministre ce jeudi soir, le ministre de la Santé Olivier Veran a appelé les Français à "ne pas utiliser le test comme une sorte de totem d'immunité", et à ne pas se faire tester en masse juste avant Noël pour être certains de ne pas contaminer leurs proches.

Le ministre de la Santé appelle les Français à ne pas se servir des tests de dépistage comme d'un "totem d'immunité"
Le ministre de la Santé appelle les Français à ne pas se servir des tests de dépistage comme d'un "totem d'immunité" © AFP / Thomas Samson

Se faire tester au Covid-19 juste avant de rentrer voir sa famille à Noël pour être certain de ne pas contaminer ses proches, bonne ou mauvaise idée ?
Lors d'une conférence de presse tenue aux côtés du Premier ministre et du ministre de l'Intérieur ce jeudi soir, le ministre de la Santé Olivier Veran a mis en garde contre ce qui "peut paraître, sur le papier, une bonne idée", mais qui pourrait finalement être dangereux. 

Un faux sentiment de sécurité et un relâchement dans les gestes barrières 

Le ministre de la Santé alerte sur le risque de relâchement lors de Noël au sein d'un même foyer dont tous les membres auraient été testés peu de temps auparavant : 

Le danger serait que 20 personnes qui partagent un repas pour Noël décident de se faire tester et, en confiance, se retrouvent à table, arrêtent les gestes barrières, ne portent pas le masque, partagent le même foyer pendant plusieurs jours avec des personnes fragiles pensant ne rien risquer, alors qu'en réalité, le virus est là et que le risque de transmission est réel

"S'il-vous-plaît, n'utilisez-pas le test comme une sorte de totem d'immunité", a demandé le ministre de la Santé, qui met également en garde contre le "risque que le test soit négatif alors qu'on n'est pas encore suffisamment contagieux pour pouvoir transmettre le virus autour de soi". Par ailleurs, prévient Olivier Veran, "avoir un test qui est négatif quand on est asymptomatique ne signifie pas qu'on n'est pas porteur du virus". 

Eviter l'engorgement des laboratoires 

Le ministre de la Santé dit se rendre compte du nombre potentiellement élevé de Français qui ont songé à se faire tester par précaution juste avant de rentrer dans leur famille pour les fêtes. "Vous êtes un certain nombre de Français, quand je dis nombreux, c'est que vous êtes potentiellement très nombreux", reconnaît Olivier Veran. 

Le ministre de la Santé demande donc aux Français de ne pas aller se faire tester en masse sans symptômes à l'approche des fêtes pour, dit-il, "éviter l'engorgement des laboratoires et pharmacies qui réalisent des tests" :

Vous imaginez bien que s'il y avait 10, 15 ou 20 millions de Français qui souhaitaient se faire tester dans l'urgence avant d'aller partager le repas de Noël, évidemment, aucune structure sanitaire au monde ne serait capable d'y faire face. Si vous avez un doute ou si vous vous êtes amené à vous rendre auprès d'une personne vulnérable comme en EPAD par exemple, vous pouvez évidemment vous faire tester. 

Cependant, Olivier Veran appelle à ne pas se faire tester par précaution dans l'urgence puisque, conclut-il, "c'est risqué pour vos proches et pour tous ceux qui auront réellement besoin de se faire tester parce qu'ils sont malades et symptomatiques".