Face à la situation épidémique "tendue et inquiétante", particulièrement en Île-de-France, et la saturation des services de réanimation, le ministre de la Santé a évoqué jeudi le transfert de "dizaines voire centaines" de patients franciliens vers le reste du territoire.

Olivier Véran a tenu un point d'information sur la situation sanitaire, jeudi 11 mars.
Olivier Véran a tenu un point d'information sur la situation sanitaire, jeudi 11 mars.

Situation "tendue et inquiétante". C'est ainsi qu'Olivier Véran a qualifié la situation sanitaire actuelle en France, face à l'épidémie de coronavirus, lors d'un point d'information jeudi soir. La situation est "très hétérogène" sur le territoire mais le gouvernement est particulièrement préoccupé par le niveau de contaminations et la tension hospitalière dans les Hauts-de-France, l'Île-de-France et Provence-Alpes-Côte-d'Azur, ainsi que Mayotte et La Réunion. 

"La pression hospitalière va continuer à monter", a également indiqué le ministre, qui a assuré que face à cela, le gouvernement mobilisait au maximum le système de santé. "Si l'épidémie se poursuit à ce niveau et à ce rythme (...), alors nous prendrions toutes les mesures nécessaires" pour freiner les contaminations, a par ailleurs réaffirmé Olivier Véran.

À l'heure actuelle, les variants, "plus contagieux et aussi plus dangereux", représentent "plus de deux tiers des contaminations en France".

Un Francilien entre en réa toutes les 12 minutes

La situation est particulièrement tendue en Île-de-France et dans les services de réanimation de la région. "Toutes les 12 minutes, un francilien est admis en réa en Île-de-France", a indiqué le ministre de la Santé. Il y a actuellement 1 080 patients en réanimation dans la région, "presque le pic de la deuxième vague".

Selon le ministre, "nous dépasserons les 1 500 patients Covid à la fin du mois de mars". Pour permettre de faire face, des transferts massifs de patients vers d'autres régions sont envisagés dès cette fin semaine, depuis l'Île-de-France : 

"On parle de dizaine voire de centaines de patients qui pourraient être évacués."

"Soyons clairs, à ce stade, nous ne savons pas quand ni où se situe le pic épidémique", a ajouté Olivier Véran. Actuellement, près de 4 000 patients sont en réanimation en France. Plus de 27 100 nouveaux cas ont été enregistrés ces dernières 24 heures. 

Vaccination : pas de suspension de l'AstraZeneca en France

À propos du vaccin d'AstraZeneca, l'un des trois utilisés actuellement en France contre la Covid-19, le ministre de la Santé indique qu'il n'y a "pas lieu de suspendre" les injections pour le moment, contrairement à ce que trois pays ont décidé par précaution le temps de statuer sur d'éventuels effets indésirables. Olivier Véran suit ainsi les recommandations de l'Agence nationale de sécurité du médicament et de l'Agence européenne du médicament. 

286 000 vaccinations ont eu lieu ces dernière 24 heures et, au total, 4,3 millions de Français ont d'ores et déjà reçu leur première injection, d'après les chiffres avancés par Olivier Véran. "Ce week-end, nous poursuivrons nos efforts. Les stocks mobilisables sont moins importants que le week-end dernier, mais 100 000 doses de Pfizer seront mobilisables d'ici mardi."