L'avion s'est écrasé dans le massif de l'Estrop (Alpes-de-Haute-Provence).
L'avion s'est écrasé dans le massif de l'Estrop (Alpes-de-Haute-Provence). © EPA/MaxPPP

C’est le contrôle aérien qui a décidé de déclarer l’avion en détresse après avoir perdu le contact avec l’appareil. L’Airbus A320 de la compagnie Germanwings s’est écrasé ce mardi dans les Alpes-de-Haute-Provence avec 150 personnes à son bord .

L’équipage de l’avion n’a pas émis d’appel de détresse, contrairement à ce qu’avaient indiqué les autorités dans un premier temps. L’avion a bien été déclaré en situation de détresse à 10h47, mais à l’initiative des contrôleurs aériens, inquiets d’avoir perdu le contact avec l’appareil, explique la Direction générale de l’aviation civile (DGAC).

► ► ► LIRE AUSSI | Crash de l'A320 : "Il n'y a aucun survivant"

"L’équipage n’a pas émis de ‘mayday’", révèle la DGAC.

C'est la conjonction de la perte de contact radio et de la mise en descente qui a conduit les services de contrôle à déclencher la phase de détresse.

Le "mayday" est un appel de détresse que les pilotes de ligne prononcent trois fois de suite en donnant l’indicatif de l’appareil. Le but : permettre par exemple aux contrôleurs aériens de leur donner une priorité d’atterrissage et de prévoir une assistance technique à leur arrivée.

L’Airbus A320 de la filiale low-cost de la compagnie allemande Lufthansa s'est écrasé ce mardi matin dans le massif de l’Estrop (Alpes-de-Haute-Provence), avec 150 personnes à bord. Il assurait une liaison Barcelone-Düsseldorf. D'après Germanwings, la chute de l'avion a duré huit minutes.

Une boîte noire retrouvée, aucune hypothèse écartée

"À ce stade, aucune hypothèse ne peut être écartée", a déclaré le premier ministre Manuel Valls. Le "pôle accident collectif" du parquet de Marseille s'est saisi de l'enquête. Le lieu du crash, situé entre Digne et Barcelonnette, a été bouclé pour le début de l'enquête.

L'une des deux boîtes noires a d'ores et déjà été retrouvée, a annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve : "Cette boîte noire que nous avons trouvée, quelques heures seulement après le crash, et qui sera immédiatement exploitée, permettra à l'enquête judiciaire en cours d'avancer rapidement." Une boîte noire enregistre des informations liées au vol dont l'analyse aide à déterminer les causes d'un accident.

Selon Germanwings, l'appareil accidenté avait subi une grosse révision à l'été 2013 et le pilote du vol avait "plus de dix ans" d'expérience et "plus de 6.000 heures de vol" à son actif.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.