Dans un plan d'action présenté ce jeudi, l'exécutif prévoit de mettre 720 millions de fonds publics sur la table pour renforcer le secteur de la cybersécurité. Il souhaite aider les cibles potentielles, du simple particulier aux grands établissements et entreprises, à prévenir les attaques et à s'en protéger.

Le chef de l'État s'est entretenu en visioconférence avec les équipes des hôpitaux de Dax et Villefranche-sur-Saône, victimes d'une cyberattaque.
Le chef de l'État s'est entretenu en visioconférence avec les équipes des hôpitaux de Dax et Villefranche-sur-Saône, victimes d'une cyberattaque. © AFP / Ludovic MARIN

Accélérer et investir. Face à la menace de cyberattaques qui pèse sur les administrations et les entreprises françaises, le gouvernement a présenté ce matin un plan d'action pour aider les potentielles cibles à se défendre mais surtout s'en protéger. Les attaques informatiques ont quadruplé en 2020 et 11% visaient des hôpitaux, d'après les comptes tenus par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, l'Anssi. Jeudi matin, le chef de l'État s'est d'ailleurs entretenu par visioconférence avec des médecins et des cadres des centre hospitaliers de Dax (Landes) et Villefranche-sur-Saône (Rhône), paralysés par des piratages au rançongiciel RYUK, les 8 et 15 février.

Ces attaques montrent notre "vulnérabilité" et constituent "une crise dans la crise" pour Emmanuel Macron, qui juge essentiel "d'accélérer et d'investir". L'exécutif prévoit d'affecter un milliard d'euros, dont 720 millions de fonds publics, pour renforcer la filière de la cybersécurité, tripler son chiffre d'affaires à 25 milliards d'euros en 2025 et doubler ses effectifs.

Responsabiliser pour éviter le pire 

Le plan du gouvernement prévoit, au-delà de ces objectifs financiers, plusieurs autres buts à atteindre dans les quatre ans, comme passer de 37 000 à 75 000 emplois dans la filière, multiplier les brevets dans le domaine, développer des Licornes (des start-ups fortement valorisées). Dans les grandes lignes, la stratégie française prévoit de développer des solutions souveraines de cybersécurité, renforcer les liens entre les acteurs du secteur, former plus de jeunes et de professionnels aux métiers de la cybersécurité.

Les pouvoirs publics prévoient aussi des actions de sensibilisation. Depuis quelques heures, le gouvernement diffuse par exemple ce spot, inspiré de la série d'espionnage "Le Bureau des Légendes", qui laisse entendre qu'il n'y a pas besoin de connaître quelqu'un dans les Renseignements pour assurer la bonne sécurité de son système informatique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'objectif est là de "renforcer la prise de conscience de la population au risque cyber", à travers des actions de sensibilisations. Les services numériques de l'État doivent aussi s'adapter et renforcer leur sécurité. Enfin, en termes financiers, les start-ups, qui jouent un rôle central dans cette offre cybersécurité, seront financées à hauteur de 200 millions d'euros dans les cinq années à venir

"Fédérer l'écosystème de la cybersécurité en France constitue une priorité pour pouvoir rivaliser avec la concurrence internationale", précise le gouvernement. Pour cela, un campus cyber doit également voir le jour courant 2021, sur le site parisien de la Défense.