Thierry Fiorile qui évoque souvent des questions de politique culturelle dans Esprit critique rappelait mardi sur France Inter la crainte éprouvée par des artistes, techniciens, directeurs d'institution et plus généralement, par tous ceux qui aiment lire, sortir, bref, se nourrir de culture. Les collectivités territoriales en effet sont amenées à réduire leurs subventions au milieu culturel. Pourquoi? Depuis 1982 et les lois de décentralisation le fossé culturel entre Paris et la province s'est considérablement réduit, grâce notamment à la clause de compétence générale. Cet outil jurdique permet aux collectivités d'intervenir dans des domaines qui ne font pas partie de leurs compétences obligatoires. Dans la réforme en cours d'élaboration, cette clause sera supprimée. Sauf pour la culture a promis face au tumulte naissant, Nicolas Sarkozy, en janvier dernier. Promesse orale pour l'instant, qui même si elle était confirmée dans la rédaction du texte, ne rassurerait pas les principaux concernés.

Concrètement, avec la suppression de la taxe professionnelle, dont la compensation à terme n'est pas garantie, et des transferts de charges en hausse constante, les bénéficiares du RMI notamment, les dépenses pour la culture passeront en dernier et les collectivités ne pourront pas comme l'Etat user du déficit budgétaire, elles n'en n'ont pas le droit. Certes les grands événements, comme les festivals d'été qui ont un impact économique lourd seraient moins touchés, mais les milliers de petites structures qui apportent de la culture dans les territoires les plus éloignés des grandes villes, seraient les plus exposées.Cet après-midi, par exemple, le Salon du livre de Montreuil tire le signal d'alarme : les baisses de subventions annoncées par le conseil général de la seine st denis menace son existence. Du coup, le salon organise une conférence de presse à 17 h pour alerter le public et les professionnels. C'est au cinéma des Cinéastes Avenue de Clichy, à Paris, à 17 heures. Pour mieux comprendre ce qui se passe, vous allez sur salon-livre-presse-jeunesse.net

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.