C’est un métier déconsidéré, méconnu aussi, parfois dangereux - l’une d’elle a été tuée en mai dernier dans le cadre de ses fonctions- celui des assistantes sociales. A Trappes, rencontre avec plusieurs d'entre elles, au quotidien marqué par les conséquences de la crise sanitaire et économique.

À Trappes, les assistantes sociales sont débordées
À Trappes, les assistantes sociales sont débordées © Radio France / Mathilde Dehimi

Épisode 1 : "À l'accueil" 

Elles travaillent dans les grandes administrations publiques et dans les collectivités territoriales et accompagnent ceux qui ont besoin d’aide dans leurs démarches pour quelques jours ou plusieurs années.

A Trappes, les assistances sociales du département des Yvelines assurent le suivi des bénéficiaires du RSA et cherchent des solutions à ceux qui demandent un logement, n’arrivent pas à débloquer des droits CAF ou veulent tout simplement manger.  

Elles n’ont jamais fermé la porte pendant les trois confinements. Et il y a du travail : la crise sanitaire a aggravé la crise économique déjà en cours.  

Alors les 19 travailleurs sociaux de l'espace territorial d'action sociale des Yvelines enchaînent les rendez-vous, relancent leurs partenaires sociaux… Chaque cas est différent, entre urgence et suivi de dossiers. 

Et tout commence par l’accueil...  

4 min

Episode 1 : l'accueil

Par Mathilde Dehimi

Épisode 2 : Gérer le budget

L'espace territorial d'action sociale des Yvelines en plein centre-ville a reçu 5.000 personnes ces derniers dix-huit mois pour une population de 32.000 habitants. 

Le premier entretien est important, il faut arriver à établir un lien, « une alchimie » comme disent les assistantes sociales, avec les personnes accompagnées, malgré la barrière du masque et parfois de la langue. 

Il y a aussi le suivi des familles… Les assistantes sociales leur donnent des rendez-vous réguliers pour vérifier que les justificatifs demandés par la CAF ou Pôle Emploi, par exemple, ont bien été envoyés. Elles accompagnent aussi ceux qui ont du mal à gérer leur budget avec parfois des surprises comme avec cette dame reçue ce matin par Magalie…   

4 min

Episode 2 : La gestion d'un budget

Par Mathilde Dehimi

Épisode 3 : En attente de logement

L'espace territorial d'action sociale des Yvelines est resté ouvert malgré les trois confinements. Il est connu ici, alors certains viennent pour poser des questions quand ils sont perdus, même si cela n’a rien à voir avec les missions des assistantes sociales du département.  

Elles sont notamment là pour suivre les bénéficiaires du RSA et ils sont de plus en plus nombreux avec la crise. À Trappes, les habitants sont souvent peu ou pas qualifiés, ils s’en sortaient jusqu’à présent mais la crise sanitaire a mis fin à bon nombre de contrats en intérim.  

Il y a l’emploi, les différentes aides mais la plupart des familles cherchent aussi un logement, parce qu’elles n’en ont pas ou demandent un appartement plus grand.  

Les assistantes sociales de Trappes font alors le lien avec leurs collègues, des bailleurs sociaux. Parfois, l’impatience gagne. Et les assistantes sociales sont alors en première ligne de la colère des habitants.  

Aujourd'hui, la cheffe de service, Sonia Barteggi, reçoit une dame qui souhaite changer d'assistante sociale... 

4 min

Episode 3 : En attente de logement

Par Mathilde Dehimi

Épisode 4 : Le départ de Caroline

Les assistantes sociales de Trappes ont été très marquées par la mort de l’une de leurs collègues, Audrey Adam, tuée à Virey-sous-Bar dans l’Aube par un octogénaire à qui elle rendait visite le 12 mai dernier. 

Les visites à domicile, c’est l’autre aspect du travail des assistantes sociales… Cela permet d’établir une autre relation avec les personnes accompagnées.  

Il y a aujourd’hui de la bonne humeur et des gâteaux à l’étage de l'espace territorial d'action sociale des Yvelines… Presque tous les 19 travailleurs sociaux se sont réunis pour fêter le départ de l’une d’entre eux. 

4 min

Episode 4 : Le départ de Caroline

Par Mathilde Dehimi

Épisode 5 : L'école de l'humilité

Florence a travaillé près de trente ans comme assistante sociale à Trappes. Elle a vu passer plusieurs générations d’une même famille qu’elle suit pendant des mois ou des années.  

Il y a de bons et de mauvais moments mais quand, après des mois à relancer les démarches, elle obtient enfin les droits à la retraite pour un bénéficiaire, Florence ne boude pas son plaisir... 

3 min

Episode 5 : L'école de l'humilité

Par Mathilde Dehimi