Dany Laferrière
Dany Laferrière © Radio France

L'écrivain canadien d'origine haïtienne Dany Laferrière est devenu immortel jeudi à l'occasion de son intronisation à l'Académie française. La cérémonie en présence due chef de l'Etat, François Hollande, a consacré un écrivain voyageur, en exil depuis 1976.

Dany Laferrière, 62 ans, est le premier Québécois et le premier Haïtien à rejoindre la prestigieuse institution créée par le cardinal Richelieu.

"Tu es Noir, Haïtien, réalisateur de films, Québécois, écrivain même. Tu ne crois pas que tu exagères un peu ? ", lui a dit avec humour Jean d'Ormesson en lui remettant son épée d'académicien.

La singularité de l'intronisation sous la Coupole de l'enfant de Port-au-Prince, résident de Montréal et qui se définit comme "un écrivain japonais" n'a pas échappé au plus ancien élu de l'Académie française.

"Dany Laferrière prend le siège numéro 2 qui était celui du franco-argentin Hector Bianciotti. "A un Franco-argentin d'origine italienne va succéder un Québécois d'Haïti qui sera reçu par le Libanais Amin Maalouf. Voilà ce que c'est, l'Académie français e", s'est réjouit Jean d'Ormesson.

Dany Laferrière est l’un des écrivains haïtiens parmi les plus populaires. Aux côtés d’un Lionel Trouillot, très marqué par le lyrisme et l’histoire de son pays, ou d’un Yanick Lahens récompensée du Femina en 2014, Laferrière est celui qu’on retient parce qu’il a fait rire le public français. Il a séduit avec ses titres commeComment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer ou bien ou Je suis un écrivain japonais .

Son plus beau livre est sans doute L’énigme du retour , hommage à Aimé Césaire , et hommage à son pays surtout qui sans cesse se relève du malheur, et à son peuple, si friand de littérature alors que lui manque sa dose vitale de nourriture chaque jour. Pour ce livre il a eu le prix Médicis en 2009.

Du roman au grand écran

Dany Laferrière est né à Port au Prince en 1953 et a passeé son enfance à Petit-Goâve avec sa grand-mère Da, un des personnages marquants de son œuvre. Marie Nelson, sa mère, l'y envoie vers l’âge de quatre ans par crainte qu’il ne subisse des représailles de la part du régime. En 1976 il perd son meilleur ami, tué par les Tontons macoutes, et par précaution quitte de manière précipitée Haïti pour Montréal. Il a ainsi vécu au Québec ou aux Etats-Unis.

Il a transformé son roman Le Goût des jeunes filles en scénario pour le film réalisé en 2004 par John L'Écuyer. En tant que réalisateur, son premier film, Comment conquerir l'Amerique en une nuit, fait croiser ses deux « univers » de Montréal et de Port-au-Prince ; c'est un film, dit-il, « solidement planté dans le réel et le rêve ». Ce premier long-métrage est primé au Festival des Films du Monde à Montréal en septembre 2004.

Laferrière a vécu une douzaine d'années à Miami avant de se réinstaller à Montréal en 2002. Son territoire, ce qu'il appelle autrement son « présent », « part de Petit-Goâve et rejoint Montréal, puis passe par New York, Miami et Port-au-Prince, puis revient à Miami, et à Montréal, et tout cela se déroule "en Amérique" ». Vaste monde pour le nouvel occupant de l’Académie Française. Il donnera à la noble institution le goût du grand large.

►►► ALLER PLUS LOIN || le discours de Dany Laferrière à l'Académie

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.