Qui est l'homme qui dénonce depuis six mois les violences policières sur les plateaux télé, vient de réaliser un film sur le Pigalle des années 80, après avoir écrit un livre sur la France au temps de Jacques Brel ? Portait.

David Dufresne sur le plateau de l'émission C Politique le 5 mai 2019
David Dufresne sur le plateau de l'émission C Politique le 5 mai 2019 © Capture d'écran

Ex-rédacteur en chef à I-Télé, ancien journaliste de Libération, membre de l'équipe qui a fondé Médiapart, David Dufresne a opté depuis dix ans pour un journalisme de récit, des enquêtes racontées à sa manière, cherchant de nouvelles formes de narration, de diffusion et d'interaction que lui permettent l'internet et les outils numériques. 

Cet homme aime le rock, s'acharne au travail comme on sature le son de sa guitare, pédale à fond, écrit, rit, et élève ses enfants.  Il est assez poète, ou assez nostalgique, pour avoir conçu un kiosque à souvenirs et l'avoir installé en plein Pigalle. Au milieu des passants, le kiosque à délier les langues, fait remonter à la surface l'histoire d'un quartier populaire auquel il a arrimé sa jeunesse, et qui lui a probablement donner le goût de la liberté et du rock. C'est avec ce dispositif qu'il a fait jaillir la matière d'un documentaire récemment diffusé sur Arte. Dufresne, dur à la tâche, tendre du regard.

Sur le circuit des grands prix

David Dufresne se fait remarquer parce qu'il innove dans ses procédés narratifs. Le webdocumentaire Prison Valley, avec le photographe Philippe Brault, dévoilant le fonctionnement d'une ville-prison dans le Colorado, proposait aux internautes de débattre avec les protagonistes du reportage. Le dispositif a été couronné du premier prix interactif du World Press photo en 2011 et du prix Italia, entre autres nombreuses récompenses. 

En France il obtient par deux fois le prix des Assises du journalisme. Une fois en 2012 pour son enquête sur l'affaire de Tarnac et le contre-terrorisme en France, _Tarnac, magasin général (_Calman Levy). Une deuxième fois en mars 2019, avec sa série de signalements de violences policières présumées lors des manifestations de "gilets jaunes "par le biais de son fil Twitter 'allo @Place Beauvau'.

Depuis 2010 ses documentaires sur le web, livres, reportages, ont été récompensés par une trentaine de prix et distinctions. De Tarnac, magazin général à Allo @Place Beauvau en passant par La France s'embrase sur les émeutes en banlieue, il y a un fil conducteur. 

"J’ai été coursé par les voltigeurs, ça m’a marqué"

Pourquoi a-t-il choisi de faire ces enquêtes consacrées au groupe de Tarnac, de décrypter les émeutes en banlieue, et aujourd'hui de scanner le maintien de l'ordre et ses dégâts ? Pourquoi cet enfant né en mai 68 met-il, depuis ses premières armes dans la presse, tant d’insistance à dénoncer la pression des autorités publiques sur le corps citoyen ? 

"Ce ne sont ni les affaires de banditisme ni les meurtres qui m’intéressent. Ce sont les libertés publiques et individuelles qui me préoccupent", explique-t-il à France Inter. David Dufresne ne s’en cache pas, il faut chercher la source des ses interrogations dans les manifestations de 1986 contre la loi Devaquet : "En 1986 j’avais 18 ans, et la mort de Malik Oussekine est un élément déclencheur. Je ne l’ai jamais caché, j’ai été coursé par les voltigeurs, ça m’a marqué".

David Dufresne s’est donc engagé à étudier la question à fond, plutôt que de s’engager contre quelque chose. Tel un entomologiste, le voilà à l’étude du rapport police-population dans ses moindres détails, comme dans ses stratégies politiques. "Donc j’ai discuté avec des policiers, des formateurs, je me suis placé dans une optique de compréhension, j’écoute tout le monde". Il dit :

La question policière m’intéresse quand elle est politique.

David Dufresne aime rappeler que "police" et "politique" ont la même racine étymologique, c’est la gestion des affaires de la cité. Ce qui l'anime c'est de décrypter le système qui relie les citoyens et son ordre. 

C'est l'aspect systémique qui m'importe. La question que je pose est : une police peut-elle viser son peuple ?

"Les libertés publiques reculent depuis 20 ans, la gauche a abdiqué et l'anti-terrorisme est devenu un mode de gouvernement" constate-t-il.

Cette question traverse son parcours comme celle de la liberté d’expression, pour laquelle il s’est aussi fortement engagé.

"Ce qui m’intéressait c’est la démocratie liquide"

La Rafale, la gazette de l'idiot du village (global), ça vous dit quelque chose ? Assurément pas. Il faut avoir été un chasseur d'utopies et poil-à-gratter de nature, pour faire son entrée dans le débat public avec cette Rafale, l'un des premiers webzine français. Dufresne est cet homme-là.

Le logo de La Rafale, premier webzine fondé par David Dufresne
Le logo de La Rafale, premier webzine fondé par David Dufresne / Catpure d'écran

Sa Rafale s'affichait avec un pistolet mitrailleur en guise de logo et a tiré sa dernière salve d'irrévérence un an après sa création en 1996. 

Alors que John P. Barlow publiait sa Déclaration d'indépendance du cyberespace en 1996, David Dufresne annonçait quelques mois plus tard, avec quelques camarades, son manifeste du web indépendant.  Il fait partie de ses premiers surfeurs dans les tuyaux de l'internet ayant rêvé d'un partage libre et gratuit, et très vite dépité par la tournure que prit l'univers du net. 

Lors des élections législatives de 2012, Dufresne est candidat pour le Parti Pirate, suppléant de Pierre Mounier dans le XXe arrondissement de Paris. Mounier est un professeur de lettres  militant pour des humanités numériques. 

"Quand je me suis engagé pour le parti pirate, ce qui m’intéressait c'était la notion de 'démocratie liquide', cette idée que la technologie doit permettre aux gens de s’exprimer et renforcer la démocratie", explique David Dufresne.

La technologie au service de la démocratie, un graal du XXIe siècle, devenu inaccessible ?

En 2016, il conçoit avec Anita Hugi un hommage au mouvement dada. Data-Dada, dispositif numérique interactif, dans un esprit aussi contestataire que celui de Tristan Tzara et ses amis du café Voltaire à Zürich. Le site Data-Dada s'est ainsi présenté clairement comme un manifeste et une "performance" anti GAFA.  

Aujourd'hui, c'est sur Twitter et Mastodon qu'il créé une agora pour questionner l'usage de la force contre des manifestants. À partir de quand, de quelle procédure, de quelle atteinte ou blessure considère-t-on que la liberté fondamentale de manifester et de s'exprimer est bafouée ? C'est la question sous-jacente au dispositif allo @Place Beauvau. 

"Je me sens plutôt comme un lanceur d’alerte"

Cette démarche est-elle franche et sans arrière-pensée ? Est-elle celle d'un journaliste ou d'un déboulonneur d'institutions ? 

Il rappelle le temps où tout journaliste était fiché aux Renseignements généraux, "car un journaliste est un personnage public, et je préfère que l’on me dise d’où l’on parle. On peut être honnête et engagé".

On peut dire d’où l’on vient, ce que l’on pense, et être honnête. Je ne sais pas si je suis encore journaliste, j’ai les réflexes du journalisme c’est sûr. Mais avec Place Beauvau je me vois plutôt comme un lanceur d’alerte. 

Ces "signalements" sur allo @Place_Beauvau, il les assume pleinement, même s'ils agacent profondément la hiérarchie policière. En six mois les manifestations ont donné lieu à 24 yeux mutilés et cinq mains arrachées lors de tirs en provenance des forces de l'ordre. 

"Ce qui m’étonne c’est de voir que les télés m’invitent pour expliquer mon travail, qui est en fait celui que leurs propres rédactions devraient faire. Ce fut pareil avec Florence Aubenas, quand elle est allée sur les ronds-points. On l’a interrogée elle plutôt que d’aller voir les 'gilets jaunes'".

Un jour les signalements cesseront sur le fil Twitter de David Dufresne. Un jour il réapparaîtra pour raconter les coulisses de cette expérience, avec un film, un livre, rien n'est décidé. Ou bien une toute autre histoire

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.