l'onu fait état de progrès spectaculaires face au sida
l'onu fait état de progrès spectaculaires face au sida © reuters

Selon les derniers chiffres de l'Institut de Veille Sanitaire, les hommes homosexuels connaissent une augmentation de 14% du nombre de cas de séropositivité. C'est onze points de plus que la hausse moyenne ces dix dernières années.

Ce sont des chiffres inquiétants que révèle l'INVS : l'augmentation du nombre de séropositifs en France est particulièrement forte chez les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes, selon les derniers chiffres datant de 2012. Une augmentation qui ne concerne que les diagnostics les plus précoces (des personnes infectées plus récemment).

Au total, 6.400 personnes ont découvert leur séropositivité l'an dernier, c'est 300 de plus qu'en 2011. Chez les hommes gays, l'augmentation attend 14% : alors même que ces 10 dernières années, cette hausse n'était en moyenne que de 3% par an. En parallèle, le nombre de séropositivités chez les hétérosexuels a lui diminué.Comment expliquer une telle hausse ? Sans doute par un relâchement de la prévention, mais ce n'est pas la seule raison. C'est aussi parce que les homosexuels ont eu davantage recours au dépistage, comme le recommandait la haute autorité de santé. Grâce, entre autres, à la mise en place de tests rapides, dans des associations par exemple.

Ces tests délivrent un résultat en quelques minutes, et s'accompagnent dans ces structures d'une aide à la mise en place d'un traitement en cas de séropositivité. Avec la découverte précoce de son statut, la personne pourra débuter rapidement un traitemen qui lui permettra de ne plus être contaminante, donc de ne plus transmettre le virus.

C'est en Guyane, Guadeloupe, Ile-de-France, Martinique et PACA que les taux de découverte de séropositivité sont les plus importants.

Les chiffres du SIDA
Les chiffres du SIDA © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.