Le gouvernement reçoit une par une les organisations syndicales et patronales. Le coup d'envoi des discussion sur la réforme des retraites prévue pour septembre est donné.

Entouré des ministres concernés, Marisol Touraine pour les Affaires sociales, Michel Sapin pour le Travail, Marylise Lebranchu pour la Fonction publique, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a débuté ses auditions marathon par la délégation du syndicat des cadres CFE-CGC, menée par sa nouvelle secrétaire générale Carole Couvert. L'interlocutrice, modérée, semblait plutôt satisfaite à la sortie de la rencontre :

Le gouvernement est dans une position d'écoute.

La délégation CGT de Thierry Lepaon a été reçue en fin de matinée. Une heure plus tard, c'était au tour de Force Ouvrière conduite par Jean-Claude Mailly. Ces deux grandes centrales sont les plus farouchement opposées à la réforme.

Déjà largement mobilisée contre la réforme menée en 2010 par Nicolas Sarkozy, qui a mis fin à la retraite à 60 ans, la CGT est à nouveau prête à mobiliser dans la rue. Des meetings et des défilés sont prévus pour septembre.

La méthode du gouvernement, Marion L'Hour

Les organisations patronales se refusent quant à elles à accepter une éventuelle augmentation des cotisations des entreprises qui plomberait davantage encore une compétitivité déjà faible.

Elu mercredi à la présidence du Medef, Pierre Gattaz a été reçu pendant 45 minutes mais a refusé de s'exprimer à sa sortie de l'Elysée. Il demandé une baisse de 100 milliards d'euros en cinq ans des charges et impôts des entreprises. S'il a exclu un report de l'âge légal de la retraite réclamé par le patronat, François Hollande a promis que tout le monde serait mis à contribution - actifs, retraités et entreprises.

L'objectif est de trouver les sept milliards d'euros nécessaires au rééquilibrage du régime général à l'horizon 2020. A plus long terme, l'ambition est d'assurer l'équilibre financier entre 2020 et l'inversion de la "bosse" démographique, prévue en 2035.

Les retraites
Les retraites © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.