Les établissements culturels ne vont pas rouvrir le 15 décembre. A partir de cette date le couvre-feu sera de mise de 20h à 06h. Il n'y aura finalement pas de dérogation pour le 31 décembre. Voici le résumé des annonces du Premier ministre lors de son point hebdomadaire sur l'épidémie de Covid-19.

Le Premier ministre Jean Castex, jeudi 10 décembre.
Le Premier ministre Jean Castex, jeudi 10 décembre. © AFP

"La partie est loin d'être gagnée", a estimé le Premier ministre Jean Castex, jeudi soir, lors de son point hebdomadaire sur l'épidémie de coronavirus. "Nous sommes sur une sorte de plateau", a-t-il constaté. _"La situation s'est considérablement améliorée ces dernières semaines mais elle marque le pas. (...) Le nombre de contamination ne réduit plus et tend même à ré-augmenter depuis quelques jours."  11.000 malades par jour, "c'est beaucoup trop"_, a insisté, le ministre de la Santé Olivier Véran. 

"Nous ne serons pas au 15 décembre à l'objectif des 5.000 nouveaux cas par jour" mais "vraisemblablement au double" a confirmé Jean Castex, comme nous l'indiquions il y a quelques jours, avant d'annoncer les adaptation des mesures au regard de ces chiffres. 

Outre la question des températures hivernales, "nous savons que les fêtes de fin d'année constituent des moments particulièrement à risque", a indiqué le chef du gouvernement, citant l'exemple de Thanksgiving aux Etats-Unis mais soulignant aussi la bonne situation de la France par rapport à l'évolution de l'épidémie en Europe, notamment en Allemagne, en Italie ou en Suisse. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Ce qu'il va se passer à partir du 15 décembre

Le Premier ministre a annoncé "des règles plus strictes que ce que nous avons initialement envisagé" :

  • Le confinement est levé et permet de se déplacer sur le territoire, il laisse place au couvre-feu. L'attestation ne sera plus obligatoire en journée pour se déplacer ; 
  • Les établissement recevant du public resterons fermés trois semaines de plus. Nous "réexaminerons" ces décisions "à partir du 7 janvier", en fonction des chiffres de l'épidémie et "du bilan" des fêtes de fin d'année a indiqué Jean Castex qui ne souhaite pas ouvrir de nouveaux lieux rendant des rassemblements possibles ;
  • Les règles pour les lieux de cultes ne seront pas revues à la hausse ; 
  • L'échéance du 20 janvier est maintenue pour la réouverture des restaurants et les cafés ;
  • Le couvre-feu qui débutera le 15 décembre sera durci par rapport à ce qui était initialement prévu. Il sera en vigueur, sauf pour les territoires ultra-marins,  de 20 heures à 6 heures du matin et sera "strictement contrôlé" avec des possibilités de déplacement limitées (raisons de santé, motif familial impérieux, etc.). La balade ou la pratique sportive ne sera pas autorisée sur cette plage horaire ; 
  • Le couvre-feu concernera aussi le réveillon du 31 décembre car cette soirée "concentre tous les ingrédients d'un rebond épidémique". Mais le couvre-feu sera levé le soir de Noël car cette fête "occupe une place à part dans nos vies et nos traditions", a estimé le Premier ministre. Jean Castex a toutefois rappelé la recommandation de six personnes maximum à la fois pour les réunions de famille. 

Une nouvelle attestation sera mise à disposition pour le couvre-feu. Le ministre de l'Intérieur a rappelé que contrevenir aux règles exposait à une amende de 135 euros. 2,9 millions de contrôles donnant lieu à 285.000 verbalisations ont été effectués depuis le début du second confinement, d'après le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin.    

"Ne laisser personne au bord du chemin"

Le Premier ministre a annoncé que le fonds de solidarité pourrait désormais "bénéficier aux prestataires et exploitants agricoles travaillant avec la restauration ou aux sous-traitants du monde sportif et culturel". Il doit vendredi matin "pour la troisième fois" les élus de la montagne et les professionnels des sports d'hiver pour "cadrer au mieux" les dispositifs d'indemnisation. Jean Castex a affirmé vouloir "ne laisser personne au bord du chemin, au moment où la crise économique engendrée par la crise sanitaire accroît ses effets sociaux et psychologiques".

Par ailleurs, la piste d'un isolement obligatoire des malades "ne fait pas consensus", a-t-il estimé. "Je vous dois la transparence et la vérité", "mon rôle est de vous protéger quitte à prendre des décisions difficiles", a insisté Jean Castex. 

Tests : pas un "totem d'immunité"

Précisant que 75% des résultats de tests PCR sont désormais rendus en moins de 24 heures, Olivier Veran a toutefois alerté sur le risque d'un "engorgement des laboratoires, des pharmacies, des médecins qui réalisent des tests". "Vous pouvez évidemment vous faire tester mais, s'il vous plaît, n'utilisez pas le test comme une sorte d'immunité." Selon le ministre de la Santé, "il y a un risque que le test soit négatif alors qu'on n'est pas encore suffisamment contagieux".  

Le ministre a précisé qu'un dispositif de bonus malus entrerait en vigueur "à partir du 15 décembre" pour approcher "les 100% de résultats rendus en 24 heures et, quand c'est possible, même en moins de 12 heures"