Pont Neuf, Paris
Pont Neuf, Paris © Radio France / Vincent Josse

Il y a quelques mois, le musicien Dominique A se livrait à l'exercice que propose chaque samedi, le quotidien "Libération", à savoir "La semaine de...".

Un paragraphe me frappa par sa justesse et son intelligence. Qu'on ne me parle pas de "bons sentiments" ou de "vieux fond catho", ce constat est réél et forcément culpabilisant, car il nous laisse sans réponse immédiate.

Des hommes, des femmes et des enfants occupent la rue, par milliers. Ils dorment sur le trottoir, seuls ou en famille, où s'asseoient toute la journée sur les marches du métro.

Voici donc ce texte qui date du début de l'année 2012 et frappe par sa justesse:

"Je suis à Paris depuis hier. On me demande parfois si je pense à m'installer ici: non, jamais. C'est une ville trop dure. On ne le voit plus quand on y vit, mais quand on y passe, la violence de la ville saute aux yeux. La misère saute aux yeux. On me dit que c'est un cliché, qu'ailleurs aussi, des gens vivent comme des chiens, seuls. Oui, mais à Paris, c'est partout, dans le métro, c'est partout. Un type entre dans un wagon vêtu d'un costume de karatéka, il est marqué, et prétend ne tenir que grâce à la sagesse enseignée par les arts martiaux. Il parle de l'humanité qui nous lie à lui, et tous ses mots, choisis, attestent du contrôle qu'il entend garder sur lui même, mais on le sent prêt à bondir à la moindre réaction qui lui déplairait. Puis, sur le quai, c'est une femme, petite, d'une soixantaine d'années, qui s'agrippe à mon bras, m'explique qu'elle a besoin d'argent pour aller voir en taxi sa soeur à l'hôpital, puis se met à crier "maman, maman", et refuse la pauvre pièce que je lui tends. Partout, des gens souffrent dans la rue, mais à Paris, j'ai le sentiment que c'est comme nulle part ailleurs en France, et ça rend détestable la magnificence de la ville. Les gouvernements se succèdent, les années passent, et nous ne faisons rien. Rien. "

Dominique A, "Libération".

Rue de Bretagne, Paris
Rue de Bretagne, Paris © Radio France / Vincent Josse
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.