outils de dentiste
outils de dentiste © MaxPPP / Camille Mozoyer

Le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence va se prononcer sur la liquidation de l'association de soins dentaires low-cost Dentexia. Des centaines de patients attendent de savoir si Dentexia va fermer ou si un repreneur sèrieux s'est fait connaitre et terminera les soins entamés.

Dentexia a été créée par un consultant, Pascal Steichen , sous la forme d'une association. Pour limiter les coûts, et donc réduire les factures faites aux patients, les dentistes sont salariés. De nombreuses assistantes assurent les sions les plus simples, et les actes sont souvent concentrés sur un seul rendez-vous ce qui pourrait être fait en plusieurs. Dentexia avait des centres à Paris, Chalon-sur-Sâone, Lyon et Marseille.

Des centres fermés les uns après les autres

Mardi, l'Agence régionale de santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté a suspendu le centre de Chalon pour "insuffisance des mesures d'hygiène et de désinfection" .

Début février, l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes avait fait de même avec le centre Dentexia "Tête d'or" à Lyon. Le dentiste affilié à Dentexia à Marseille a également fermé son cabinet en 2015, laissant de nombreux patients sur le carreau.

Il n'y a plus que deux centres en activité , un à Lyon, l'autre à Vaulx-en-Velin, en banlieue lyonnaise.

Des patients abandonnés

De nombreuses prestations n'ont pas été réalisées jusqu'au bout . Et elles pourraient ne jamais l'être si le tribunal de grande instance d'Aix-en-Provence prononce la liquidation de l'association ce vendredi.

L'association a en effet été placée en redressement judiciaire en novembre et la justice doit dire si oui ou non un repreneur s'est fait connaître et s'il est capable de la redresser. Si Dentexia était liquidée, que vont devenir les centaines de patients dont les soins n'ont jamais été finalisés et qui, pour certains, se sont endettés ?

Par ailleurs, selonle "Collectif contre Dentexia" , créé à Lyon en janvier, des soins ont été mal faits. Ce collectif réunit mille patients qui s'estiment lésés par Dentexia, alors qu'ils avaient cru à des soins dentaires de qualité low-cost, à des couts bien moindres que les devis établis par des dentistes installés en cabinets.

Le Conseil de l'Ordre des dentistes contre Dentexia

Face aux nombreuses plaintes, l'Ordre des chirurgiens-dentistes du Rhône a entamé des procédures vis-à-vis de certains médecins salariés de l'association. Selon lui, entre 2,3 et 4,5 millions d'euros d'honoraires payés en avance n'ont pas été réalisés . Selon l'Ordre, les praticiens n'auraient pas les diplômes nécessaires pour pratiquer. Une enquête préliminaire a été ouverte par le procureur de la République de Chalon-sur-Saône, à la suite d'une plainte de l'Ordre des chirurgiens-dentistes pour exercice illégal de la profession.

Il a reçu pour l'instant moins d'une dizaine de plaintes de patients, soit bien moins que les nombres annoncés par l'Ordre des chirurgiens-dentistes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.