L'organisation altermondialiste a 20 ans et célèbre partout en France l'anniversaire de sa création, après avoir retrouvé les faveurs de l'opinion.

Depuis 1998, Attac dénonce l'injustice sociale dans la finance (photo d'archive).
Depuis 1998, Attac dénonce l'injustice sociale dans la finance (photo d'archive). © AFP / MARCEL MOCHET

François Hollande n'a rien inventé en déclarant la guerre à la finance pendant la campagne présidentielle 2012. Dix ans avant la crise financière de 2008 se créait l'organisation altermondialiste Attac. En 2018, ce qui est désormais devenu un mouvement international célèbre vingt ans de lutte pour la justice sociale et promet de ne pas s'arrêter là.

À l'origine Action pour une taxe Tobin d'aide aux citoyens (devenue Association pour la taxation des transactions financières et pour l'action citoyenne en 2009), Attac est née le 3 juin 1998, à la suite d'un éditorial du Monde Diplomatique, pour s'opposer à la mondialisation financière et à la spéculation. Parmi ses membres fondateurs, des associations, des syndicats, des médias et une quinzaine de personnalités, dont le député européen José Bové, l'ancien directeur du Monde diplomatique Ignacio Ramonet ou l'essayiste franco-américaine Susan George.

Déclin après l'échec du référendum 2005

Malgré une remise en cause de sa légitimité ou les critiques sur un risque de repli identitaire lié au refus de la mondialisation, Attac rallie de nombreux militants à sa cause, jusqu'à en revendiquer 30 000 en 2004. Mais l'association connaît sa première vraie controverse en 2005, après le "non" au référendum sur le Traité pour une Constitution européenne. La gauche modérée reproche à Attac d'avoir contribué à l'échec du vote.

Ce déclin entraîne une crise qui génère le renouvellement de la direction du mouvement en 2006, et un amoindrissement de son poids dans la parole publique les années qui suivent.

Victoire judiciaire contre Apple

C'est en menant des actions de désobéissance civique autour d'un de ses principaux combats, l'évasion fiscale, qu'Attac retrouve la faveur de l'opinion, en participant en 2015 à la création du désormais célèbre collectif des "Faucheurs de chaises", un mouvement qui dénonce la présence des banques BNP et HSBC dans les paradis fiscaux. 

Début 2018, Attac connaît une grande victoire contre la multinationale à la pomme. Apple avait poursuivi en justice l'association après plusieurs actions dans ses enseignes, en décembre 2017, mais la firme a été déboutée de sa demande d'interdiction pour Attac de s'introduire dans ses magasins français.

D'abord créée en France, Attac s'est divisée en 22 organisations à travers le monde, dont les plus actifs en Allemagne, Norvège, Autriche, Espagne, selon le porte-parole Aurélie Trouvé. Attac, dont l'un des objectifs a toujours été de faire dialoguer des organisations provenant d'univers distincts, a récemment fait parler d'elle en lançant avec la Fondation Copernic la "marée populaire" du 26 mai, qui a vu défiler dans le même cortège une soixantaine d'organisations, dont la CGT et La France insoumise. Aujourd'hui, l'association revendique 10 000 adhérents et plus de 100 comités locaux.

Preuve de sa volonté toujours plus forte de se défaire de son image "parisianocentrée", Attac organise une grande célébration ce week-end à Marseille, après avoir fêté plusieurs fois ses 20 ans au cours des mois passées, notamment à la Bellevilloise, dans le XXe arrondissement parisien.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.