bison futé
bison futé © MaxPPP

Bison Futé est dans le viseur du gouvernement. Le ministère de l'Écologie a décidé de changer radicalement ce service, né en 1976. Les syndicats s’inquiètent pour la qualité des informations que recevront désormais les automobilistes.

Bison Futé voit rouge sur les routes de France en week-end __ du 15 août. Mais Bison Futé pourrait voir beaucoup moins bien en 2016. Une réforme de ce service de l'état, principalement composé de gendarmes spécialistes du trafic est en cours et devrait entrer en vigueur en 2016. Le ministère des transports explique qu'avec l'explosion d'Internet et des outils informatique, l'organisation de Bison Futé était dépassée.

Face à cette réorganisation "inévitable", une centaine de gendarmes spécialistes du traffic sur tout le territoire vont être affecté à d'autres mission que bison futé. Ils ne seront plus là, ou alors très peu pour transmettre et surtout vérifier les informations trafic. Une situation qui inquiète les syndicalistes, qui défendent becs et ongles ce service.

Olivier Périchon syndicaliste chargé du dossier pour la CGT, aux micros de Paul Ferrier

Des centres fermés ?

centre
centre © MaxPPP

Avec cette nouvelle réorganisation, syndicats et gendarmes craignent la fin d'un service de qualité et la difficulté de gestion des moments de crise. Mais c’est surtout l’avenir du Centre national de l'information routière (Cnir) ainsi que sept antennes régionales qui inquiètent. La centrale de Rosny-sous-Bois, a, elle, déjà mit les clés sous la porte.

En région, les radios locales, notamment celles du réseau Radio France, s’interroge sur l’avenir des prévisions routières.Car c’est principalement l'information sur le réseau secondaire qui devrait le plus souffrir du manque de vision d'un Bison Futé déplumé…

Thibault Maisonneuve rédacteur en chef de France Bleu Provence.

bison futé 15 aouit
bison futé 15 aouit © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.