Le collectif "Stop le contrôle au faciès" s'inquiète
Le collectif "Stop le contrôle au faciès" s'inquiète © Radio France / MaxPPP / Christophe Petit Tesson

Plusieurs associations, réunies au sein du Collectif contre le Contrôle au Faciès, critiquent la multiplication des contrôles policiers arbitraires, surtout depuis les attentats contre Charlie Hebdo, le 7 janvier dernier.

Le Collectif contre le Contrôle au Faciès tire la sonnette d’alarme. Depuis l’attentat du 7 janvier contre Charlie Hebdo, les témoignages de « musulmans d’apparence » victimes de contrôles arbitraires se multiplient . « Musulman d’apparence », une expression utilisée par Nicolas Sarkozy, en 2012, reprise, aujourd’hui, par le Collectif.

Elsa Ray, membre du regroupement d’associations, interpelle.

Des personnes ont été dérangées chez elle, très tôt le matin, et interpellées sur dénonciation d’un voisin. Ce sont des choses très inquiétantes.

Où est passé l’esprit du 11 janvier ?

Contrôle de Police
Contrôle de Police © Philippe Pujol

Quelques jours après les attentats contre Charlie Hebdo, le dimanche 11 janvier, la grande Marche républicaine a rassemblé quatre millions de personnes dans les rues. À cette occasion, les scènes d’embrassades entre citoyens et policiers se sont multipliées . Du coup, est-ce, vraiment, le moment de dénoncer les dérives des forces de l’ordre ?

Pour Sihame Assbague, Porte-parole du Collectif, c’est une évidence.

Quand elles sont malsaines, les relations avec la Police ont des conséquences durables sur les quartiers, et sur les individus.

Jacques Toubon, sur la même ligne

En début de semaine, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a appelé le gouvernement à « prendre des mesures concrètes , pour prévenir et réprimer les contrôles d’identité abusifs ».

François Hollande, candidat, avait proposé la création d’un récépissé pour garder une trace de tous les contrôles d’identité effectués. Une mesure toujours en stand-by.

Le Collectif contre le Contrôle au Faciès interpelle, par Catherine Duthu.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.