Des militants se rassemblent à Bure
Des militants se rassemblent à Bure © Radio France / Cédric Liéto

Un rassemblement à Bure, dans le sud de la Meuse, regroupe pendant dix jours près d'un millier de militants antinucléaires. Ils ont installé leurs tentes près du site d'enfouissement de déchets radioactifs Cigéo.

Ils sont plusieurs centaines, venus de toute la France, des militants antinucléaires, anticapitalistes et antiautoritaires, à camper à proximité du futur site de stockage de déchets radioactifs. Les autorités locales se disent "vigilantes", craignant que s'installe une nouvelle zone à défendre (ZAD).

Rester mobilisés pendant dix jours

L'opposition à la construction du site s'est renforcée ces dernières semaines, suite au vote d'une disposition dans la loi Macron qui entérine la réversibilité du stockage géologique.

La réversibilité est la capacité, pour les générations successives, à revenir sur des décisions prises lors de la mise en œuvre progressive d’un système de stockage. La réversibilité doit permettre de garantir la possibilité de récupérer des colis de déchets déjà stockés pendant une période donnée et d’adapter l’installation initialement conçue en fonction de choix futurs.

A Bure, l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) explore depuis près de 15 ans le sous-sol, en vue d'y enfouir les déchets les plus radioactifs à 500 mètres de profondeur.

Rien n'est définitivement arrêté. La demande d'autorisation de construction du centre sera soumise en 2017 à l'Agence de sûreté nucléaire, pour une mise en service éventuelle à partir de 2025.

Alors pendant dix jours, les militants se rassemblent pour maintenir la pression, partager leurs expériences sur les luttes de ces dernières années, les stratégies à bâtir. La reflexion ne porte pas uniquement sur le nucléaire.

Cédric Liéto, de France Bleu Sud Lorraine, a rencontré Alice, une participante

Le projet Cigéo à Bure
Le projet Cigéo à Bure © IDE
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.