Pour faire face aux pics de pollution de l'air, un prototype de colonne Morris nouvelle génération va être installé dans la capitale.

Une colonne Morris
Une colonne Morris © Maxppp / Bruno Levesque

Vers la fin du mois de mai, un drôle d'aquarium va s'installer Place d'Alésia, dans le 14 ème arrondissement de la capitale.

Une colonne Morris qui sert à annoncer les spectacles va être transformée en puits de carbone. Ce prototype permettra de purifier l'air ambiant. Au premier coup d'oeil, c'est une colonne Morris des plus banales.

Un cylindre de couleur verte, haut de 4 mètres, comme on en croise dans les rues parisiennes. Mais cette colonne ne présente pas l'affiche d'un spectacle . Elle contient un réservoir d'eau, et à l'intérieur des micro-algues. Ensuite, grâce à la lumière et au processus de photosynthèse, les algues vont se nourrir du dioxyde de carbone et rejeter de l'oxygène. Comme un arbre, mais avec un rendement largement plus intéressant. Les algues ne produisent pas seulement de l'oxygène, elles produisent aussi des particules, qui, une fois filtrées, fabriquent de la bio-masse, c'est-à-dire de l'énergie.

Pour le moment, cet aspirateur organique à pollution sera testé pour une année. En cas de réussite, on pourrait voir ces colonnes d'algues fleurir un peu partout dans Paris.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.