La ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso annonce le lancement officiel de la plateforme France Université numérique, lancée en octobre dernier. Les MOOCs, Massive Open Online Courses sont en ligne.

Depuis le 28 octobre, les internautes s'incrivent sur www.france-universite-numerique-mooc.fr, pour suivre des cours de diverses disciplines comme les mathématiques, l'histoire, la philosophie, la biologie, le management, le droit... conçus par une dizaine d'établissements comme l'Ecole Polytechnique, l'Ecole centrale Paris, l'Institut mines telecom, le Cnam ou les universités Bordeaux 3, Montpellier 2, Sorbonne Paris Cité et Paris X Nanterre. Fin novembre, environ 35 000 personnes s'étaient inscrites. Ces cours ne permettent pas d'obtenir un diplôme.

Les MOOCs de FUN

Cette plateforme fait partie du projet France Université Numérique (FUN) que la ministre a présenté début octobre. Le projet vise "le développement de nouveaux services numériques pour les étudiants et la rénovation des pratiques pédagogiques". Selon un sondage OpinionWay commandé par le ministère, les Moocs, très en vogue aux Etats-Unis et émergents en France, sont encore mal connus dans l'Hexagone. Seuls 5% des étudiants et 18% des enseignants français disent savoir exactement ce qu'est un Mooc, tandis que 20% des étudiants et 23% des enseignants en ont entendu parler sans savoir précisément ce que c'était. Parmi les étudiants qui déclarent connaître les Moocs, 19% en ont déjà suivi un, entièrement ou pas (19% des profs également). Interrogés sur les avantages des Moocs, 61% des étudiants pensent qu'ils permettent à ceux qui travaillent de suivre les cours, 59% de faciliter les révisions, 53% de suivre un cours n'importe où, n'importe quand, 41% de faciliter l'accès à l'enseignement aux handicapés ou encore 25% de renouveler la manière d'enseigner, idée partagée par 22% des professeurs.

En France, Sciences Po notamment s'est lancé dans l'aventure, et diffusera dès lundi prochain un Mooc sur les relations internationales.

Reportage de Sonia Bourhan

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.