Une croix en granit près de Notre Dame de Callot surplombant l'estuaire de la Penzé
Une croix en granit près de Notre Dame de Callot surplombant l'estuaire de la Penzé © CC Anthony

Près de 12.000 anciens prêtres, soeurs et autres religieux de toutes confessions réclament une revalorisation de leur retraite. Leur association de défense se réunit en congrès national ce week-end à La Rochelle.

L'APRC , l’association pour une retraite convenable des anciens ministres du culte et des membres de congrégation, a vu le jour il y a 35 ans, en même temps que le régime spécifique de la sécurité sociale de l’église : la Cavimac (Caisse d'assurance vieillesse, invalidité et maladie des cultes).

Aujourd’hui, ces religieux qui ont quitté l'Eglise, se sont souvent mariés, ont exercé d'autres métiers, se retrouvent, une fois à la retraite, avec de bien maigres pensions. Leur seul recours : des actions en justice pour qu’on prenne en compte leurs années au service de l'institution catholique.

L'exemple d'Albert, ordonné prêtre en 1962, prêtre durant onze ans et qui se sent huimilié avec sa retraite, parmi les "plus petites de France", raconté par Catherine Berchadsky

Isabelle Saintot est la présidente de l’association de défense l'APRC. Cette ancienne religieuse par exemple, est privée de douze trimestres de sa trimestre

On croirait que parce que nous nous sommes mariés, nous avons droit à des mesures de rétorsion des Evêques

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.