De plus en plus de malades chroniques mais des médecins de plus en plus débordés. Comment répondre à la demande de soin ? La réponse pourrait en partie venir des infirmières de pratique avancée, dont le statut vient d'être créé. Il devrait être évoqué dans le plan de réforme du système de santé.

Éléonore Vitalis est infirmière de pratique avancée au centre de santé de Nanterre
Éléonore Vitalis est infirmière de pratique avancée au centre de santé de Nanterre © Radio France / Véronique Julia

À mi-chemin entre infirmière et médecin, l'infirmière de pratique avancée est une sorte de "super infirmière" qui peut se voir déléguer certaines taches médicales, pour alléger le travail d'un cabinet médical. Le statut de ces infirmières vient d'être créé, avec un master 2 spécifique associé.

1 min

Des "infirmières de pratique avancée" pour libérer du temps aux médecins

Par Véronique Julia

Depuis un an, Éléonore Vitalis fait partie de ces infirmières, au centre de santé de Nanterre dans les Hauts-de-Seine. À 28 ans, son expérience à l'hôpital et ses multiples qualifications universitaires lui permettent de tenter cette expérimentation. Son rôle : recevoir et suivre au long cours les diabétiques de type 2. L'une de ses patientes vient par exemple tous les trois mois, quand elle voit son médecin traitant une fois par an.

L'infirmière vérifie alors ses prises de sang, et gère l'aspect clinique (poids, tension, constantes, examen complet des pieds...)

Plus de temps passé avec le patient

La différence avec une infirmière "classique", c'est qu'Éléonore ne se contente pas de faire un soin, elle mène entièrement la consultation et peut prendre des initiatives, comme faire un électrocardiogramme en cas de besoin.

À l'arrivée, c'est du gain de temps pour le cabinet, du confort aussi pour le patient. "Les patients apprécient de pouvoir parler", explique Éléonore. 

L'avantage de mes consultations, c'est que je prends le temps, parce que j'ai une heure. Par comparaison, une consultation médicale au centre de santé, c'est 20 minutes

À terme, l'infirmière de pratique avancée sera habilitée aussi à signer des ordonnances pour adapter un traitement déjà en cours.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.