Depuis le samedi 16 janvier, la plupart des magasins sont contraints de fermer leurs portes à 18h. Pourtant, quelques supermarchés franciliens de l'enseigne Franprix proposent à leurs clients de venir retirer leurs courses entre 18h et 20h. Certains les accueillent même à l'intérieur. Reportage.

Moins d'une dizaine de magasins Franprix ouverts en toute illégalité en région parisienne
Moins d'une dizaine de magasins Franprix ouverts en toute illégalité en région parisienne © Radio France / Thibault Lefèvre

Sur la devanture, une petite affiche avec le logo de l’enseigne, un numéro de téléphone pour commander puis la tranche horaire, 18h-20h, pendant laquelle il est donc possible, malgré la loi, de venir retirer ses courses. Sébastien est sans-abri. Depuis plus de cinq ans, il fait la manche en face du magasin : "Théoriquement, de 18h à 20h, c'est juste pour les livraisons, mais ils font rentrer une personne ou deux à la fois, vite fait. Ils disent à la personne, faites-vite vos courses et ne traînez pas dans le magasin.

De sa vigie, au ras du bitume, Sébastien voit donc défiler des clients que cette situation arrange bien, comme Emmanuel. Le jeune actif passe en rentrant du travail mais ne prend pas la peine de téléphoner puisque personne ne l'empêche de rentrer, de faire ses courses, puis de payer en caisse, malgré le contexte sanitaire : "Ca permet de faire ses courses après le couvre-feu, ce que l'on ne pourrait pas faire s'il n'y avait plus ces services là." Emmanuel reconnaît, le sourire espiègle, que la démarche n'est pas légale mais qu'il compte bien en profiter tant que ce sera possible. 

"Je peux vous laisser rentrer mais il faut faire vite fait"

Le gérant du magasin qui préfère rester anonyme, est conscient de la situation. Il défend pourtant l'opération et soutient que son commerce est "essentiel et d'utilité publique" comme mentionné sur l'affiche : "De 18h à 20h, vous venez devant la porte, moi je vais faire vos courses, je peux même vous laisser entrer mais il faut faire vite fait." Et quand on lui demande si ce n'est pas une incitation à faire sortir les gens après 18h, il répond que "ça n'incite pas mais ça dépanne" puis rejette la responsabilité sur sa direction.

"Franprix ne cautionne pas ce comportement"

La direction de Mohamed (prénom d'emprunt) est indépendante puisque franchisée. Franprix, filiale de Casino, revendique ainsi 900 supermarchés dont 600 franchisés et concède avoir été dépassée, depuis quelques jours, par un phénomène qui ne touche, "que quelques magasins franchisés" comme le précise François Alarcon, le directeur de la stratégie du groupe : "Franprix ne cautionne pas ce comportement et nous, en tant qu'enseigne de franchisés, nous n'avons pas les moyens d'obliger un franchisé à fermer.  Nous ne sommes pas la loi non plus, on essaye et malheureusement, il y a parfois des ratés."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Moins d’une dizaine des 600 magasins franchisés Franprix sont concernés, essentiellement à Paris et en Île-de-France. La direction promet de renforcer très vite les contrôles, notamment sur les horaires d'émission des tickets et d'insister auprès des supermarchés qui ne se conformeraient pas à la loi, pour mettre fin au phénomène.