Pour les habitués de Twitter, il faut désormais se passer des traits d'esprit de @Bip_Ed et @Proc_Gascogne : ces magistrats (anonymes) ont suspendu leurs comptes respectifs. Et ils sont même visés par une enquête administrative interne.

En cause, un échange de tweets (humoristiques) pendant un procès d'assises. La conversation aurait pu passer totalement inaperçue, mais elle a ensuite été dénoncée par un journaliste de Sud Ouest, qui publie même les noms des deux magistrats dans un article daté du 28 novembre.

Depuis, on observe un vaste élan de solidarité sur le réseau social. Certains ont même lancé un mot-clé #MagistratsSansTwitter en signe de soutien.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.