"L'IMSI catcher", embarqué dans une camionnette, inquiète les parents d'élèves à Paris. C'est une information France Inter : la FCPE a saisi vendredi la déléguée pour les écoles à la mairie de Paris. Un syndicat de police demande également des études supplémentaires.

L'IMSI catcher doit être relié à une antenne relais pour aspirer ses données
L'IMSI catcher doit être relié à une antenne relais pour aspirer ses données © Maxppp / Nicolas Kovarik / IP3 Press

La principale fédération des parents d’élèves de la capitale la FCPE n’a pas apprécié la teneur des révélations du Canard enchaîné de mercredi dernier : l'hebdomadaire y évoquait un dépassement jugé massif des normes d’émissions d’ondes électromagnétiques du dernier joujou technologique pour les écoutes téléphoniques et l’aspiration de données des téléphones portables : un "IMSI catcher" super-puissant. Cet outil est installé dans une camionnette au vitres teintées. En résumé, pour l'utiliser, les policiers se branchent en parallèle d’une antenne relais classique de téléphonie mobile

Vendredi, la FCPE, qui a mené un long combat contre les antennes relais GSM près des crèches et des écoles, a saisi la mairie de Paris. Un syndicat de police, l’UNSA, demande également de nouvelles études plus poussées pour les agents qui sont dans la camionnette. 

La mairie de Paris saisie

Dans la note confidentielle de la préfecture de Police de Paris que nous avons pu consulter, le directeur des services techniques estime qu’il faudra  "proscrire" l’usage du camion espion à moins de 100 mètres des écoles. Et pour cause, les résultats indiquent par séquence des pics à plus du double des normes européennes pour l’exposition des enfants (plus de 60 V/M).

Pour Jean-Jacques Renard, le vice-président de la FCPE Paris, "c’est un vrai problème. En plus, cela vient s’ajouter à ce qui existe déjà". La FCPE Paris a saisi hier ses interlocuteurs habituels à la mairie de Paris pour obtenir des informations officielles. Histoire de comparer avec les études publiques que l’Association de parents d’élèves connait bien.

Les policiers également inquiets

L'IMSI catcher, capable d’écouter et de pomper toutes les données des téléphones portables, ne serait en revanche pas dangereux pour les agents qui vont l’utiliser à l’intérieur de la camionnette, selon la même étude confidentielle commandée à une société privée. Ce qui ne convainc pas Nicolas Pucheau , le délégué Unsa Police. Après avoir découvert l’article du Canard enchaîné mercredi dernier, il se demande pourquoi les tests sont réalisés sur des séquences de 20 secondes. "Nous demandons des tests sur des périodes plus longues, plus proche de l’usage des écoutes téléphoniques qui peuvent durer parfois très longtemps", explique-t-il. 

L’autre problème est évidemment opérationnel : "Si les opérateurs doivent s’amuser à éviter toutes les crèches et les écoles dans Paris , cela va poser des problèmes dans l’utilisation de l'IMSI Catcher". Pour se garer aussi du coup. Selon nos informations, la préfecture de police de Paris n’a pas l’intention de procéder à d’autres tests.

Articles liés
Société
Mondial 2018 : quand la fête dégénère
16 juillet 2018
Société
La SPA en crise
16 juillet 2018
Société
Embouteillages au sommet du Mont-Blanc
14 juillet 2018
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.