trappes
trappes © Maxppp / Thomas Salomon

La réforme de la politique de la ville a été présentée ce matin en Conseil des Ministres par François Lamy. L'objectif est d'en finir avec de grands plans banlieue, jusqu'ici peu efficaces, et de se recentrer sur 1.200 quartiers "prioritaires".

Le terme va remplacer les anciens acronymes comme ZUS ou ZRU... Le quartier prioritaire sera désormais avant tout un quartier pauvre : moins de 1.100 euros par mois. Il pourra donc aussi bien être un quartier d'une grande agglomération qu'une zone plus rurale.

Les explications du ministre de la Ville, François Lamy (au micro de Benjamin Illy)

Le climat dans les quartiers populaires est toujours très tendu, les récents évènements à Trappes l'ont à nouveau montré. Pourtant le gouvernement veut y croire, même s'il faudra aller plus loin que ce projet de loi. "Ce n'est pas l'alpha et l'oméga de la réponse publique dans les quartiers, il s'agit de réformer les outils de la politique de la Ville", explique François Lamy.

Selon l'UMP, cette réforme de la politique de la Ville ne changera rien à la déception dans les quartiers les plus touchés par la crise.

Écoutez Camille Bedin, secrétaire générale adjointe du Parti.

Depuis des années, les dispositifs sur le sujet se sont entassés : difficile de s'y retrouver entre les Zones urbaines sensibles (ZUS, les Contrats urbains de solidarité (Cucs), les Zones de redynamisation urbaine (ZRU), ou encore les Zones franches urbaines (ZFU).

Les nouveaux "quartiers prioritaires" devraient être au nombre de 1.300.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.